Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 09:53

MONTEBOURG est ses montages bidons :

 

On se frotte les yeux mais non : encore une bourde ! Le deal entre Bouygues et l'Etat au sujet d'Alstom est border line, et peut-être même en fait totalement illégal. C'est l'Autorité des marchés financiers (AMF) qui le dit, de manière policée mais réelle. Que reproche l'AMF au deal Etat-Bouygues ? D'avoir le goût, la couleur, la saveur d'une action de concert entre associés. L'article L233-10 du Code du Commerce est très clair.

( d'après Economie matin.fr et SH )

Repost 0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 09:48

Messages aux familles…..le 04/07/2014

 

« Pour la première fois depuis une semaine, les socialistes n’ont pas inventé une nouvelle taxe. » Je répète, on recherche des activités pas taxées en Hollandie.

« L’octroi va revivre des jours heureux. » Je répète, en Hollandie, l’octroi revient à la mode.

« Le petit Nicolas n’a pas pris de sérum de vérité. » Je répète, Nicolas SARKOZY a menti sur TF1. Mais pour les hommes politiques, de Droite ou de Gauche, mentir n’est pas interdit.

« Quel culot ! Accusé et accusateur. » Je répète, accusés levez-vous et devenez accusateurs. Accusés vous êtes tous des martyrs de la Justice.

« La magistrature serait obsédée par la paille dans l'œil du pouvoir politique. » Je répète les juges voudraient faire de la Politique.

« Les Bleus ce soir rencontre le Bayern et quelques joueurs d’autres régions d’Allemagne». Je répète, Franck RIBERY, forfait, ne joue pas ce soir avec l’Allemagne.

« Quel calendrier pour l’UMP en vue de 2017 ? « . Je répète, la Droite est soumise au calendrier judiciaire et revanchard du Petit Nicolas. Il est revenu ! Bertrand et les autres …. s’inquiètent.

« Les anciens président ne demandent pas de privilèges. « Je répète, les anciens président de la République exigent d’être traités différemment que les autres justiciables.

« L’Appel des 100 n’a pas trouvé grâce. «. Je répète les 100 frondeurs du PS n’ont vu aucun de leurs amendements votés.

« Qui est l’emmerdeuse au Gouvernement ? «. Je répète, l’emmerdeuse a été trouvée, c’est Ségolène. Ne cherchez plus !

« François de Pau, fait son grand retour, sapant l’UDI. ». Je répète, le miracle de Pau aura bien lieu.

« 47 sous-préfectures seront rayées de la carte. » Je répète, la réforme territoriale se fait sans nous les citoyens.

« La moitié des Français vivent avec moins de 1 630 euros par mois «. Je répète on recherche les autres qui ont plus de 1630 euros par mois.

« Les écoliers Finlandais ont le droit à 15 minutes de récréation après 45 minutes de cours. «. Je répète, les écoliers Français ont du mal à avoir des activités ludiques une demi journée par semaine.

« Bison futé voit rouge ce vendredi. « Je répète le Bison futé, l’un des rares vivant en France est en colère ce vendredi.

Fin provisoire des messages aux familles…..

Faites connaître radio du Vieux lion libre, en résistance en Hollandie.

Repost 0
Published by Serge HOUSSARD - dans vie politique
commenter cet article
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 16:22
Yves Durand, député PS du Nord, déclarait récemment dans "Marianne" qu'il fallait en finir avec les "bobards" sur les rythmes scolaires. On ne saurait être plus d'accord avec lui...

Lors de la prochaine conférence ministérielle sur les bénéfices pédagogiques des nouveaux rythmes scolaires, il serait précisément prudent que le récent sondage commandé par le ministère de l’Éducation à leur sujet soit quelque peu oublié.

En effet, dans un étonnant revirement les Français, et notamment les parents d’élèves, approuveraient soudainement et massivement la réforme des rythmes scolaires. Comme le souligne « Le Parisien », « des chiffres qui tombent à pic pour le gouvernement, à une semaine de la date limite fixée aux communes pour remettre leur projet d'organisation du temps scolaire à leur académie ». C’est effectivement un peu trop beau pour être vrai.

A vrai dire ce ne serait pas la première fois que les rythmes scolaires sont compris de travers puisque les deux derniers ministres de l'Éducation ont même imputé à la semaine de quatre jours la baisse supposée des résultats des élèves dans PISA 2012 alors même... que les élèves évalués n'ont connu que la semaine de 4,5 jours !

UN BIEN CURIEUX SONDAGE

De fait la lecture attentive du sondage CSA de mai 2014 mérite quelque peu le détour. Ainsi, s’agissant de « l’amélioration des conditions d’apprentissage, principal bénéfice de la réforme », il n’est précisément pas fait mention, dans la question posée, de la réforme telle qu’elle a été appliquée en 2013. La question posée, beaucoup plus neutre, consensuelle et surtout théorique, demande aux sondés ce qu’ils pensent de la concentration des enseignements de l’école primaire le matin en général. Voilà qui permet en effet d’éviter toutes les épineuses questions concrètes relatives à la mise en place chaotique de cette réforme.

S’agissant des deux tiers des Français qui seraient majoritairement favorables à la réforme, la question n’a encore une fois pas du tout été posée en ces termes :

De manière générale, diriez-vous que l’année scolaire en cours s’est très bien, plutôt bien, plutôt mal ou très mal déroulée ?

Voilà qui change bien des choses : comment les Français qui n’ont pas d’enfants scolarisés en maternelle ou en primaire pourraient-ils porter le moindre jugement sur le « déroulement » de l’année scolaire en cours ? Une question qui n’a pas effleuré l’Institut CSA, lequel nous apprend ainsi que les 18-24 ans jugent à 72% que l’année scolaire en cours s’est bien déroulée.

Mais il y a plus amusant encore : même si l’on se réfère aux seuls parents d'élèves, la même question est quelque peu problématique puisque la réforme telle qu’elle a été appliquée n’a concerné... que 22% des élèves français et 17% des communes pour l'année en cours. Il faut donc en conclure – en bonne logique – que l’immense majorité des parents ont au contraire jugé que la semaine de quatre jours s’était bien déroulée !

On fait donc dire à ce sondage exactement le contraire de ce qu'il nous enseigne !

De fait le sondage confirme ensuite qu'une majorité de parents d’élèves scolarisés en maternelle et en primaire ne pensent pas que concentrer les enseignements de l’école primaire le matin permette de réduire l'échec scolaire. Moins de la moitié des parents estiment que les nouvelles activités périscolaires permettront de réduire les inégalités sociales et 35% seulement qu'elles créeront des conditions favorables à la réussite de chaque élève… Des parents très convaincus, comme on peut le constater !

COMMUNIQUÉ DE VICTOIRE

Tout ceci n’empêche pas Paul Raoult, président d’une fédération de parents d’élèves progressiste qui a soutenu envers et contre tous la réforme, de crier victoire, salué en cela par le ministre lui-même, et d'en tirer les conclusions exactement inverses : « une large majorité de parents soutient la réforme des rythmes scolaires ».

Cela correspond aux retours que l'on a sur le terrain. Les parents qui l'ont expérimentée finissent par être convaincus.

Et peu importe si cette fédération a perdu plus de 6 000 sièges et reculé de près de 10% dans les dernières élections de parents d'élèves dans le premier degré !

Une enquête récente sur les conditions de travail des enseignants du premier degré, menée pourtant par un syndicat réformiste et ardent promoteur des nouveaux rythmes, nous apprend que 43,7% des enseignants du primaire n'ont pas été écoutés (même partiellement) ou consultés pour la mise en place des rythmes scolaires.

Plus grave : seuls 7,4% des enseignants du primaire pensent que les rythmes scolaires amélioreront les conditions de vie et d'apprentissage des élèves.

Mais ce chiffre-là, qui voudra l’entendre ?

Loys Bonod, blogueur sur Marianne.fr, et professeur "à la vie civile"

Repost 0
Published by le modérateur - dans vie politique
commenter cet article
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 12:56

Dans un communiqué, l'Elysée a annoncé les fusions des

régions :

► Poitou-Charentes, Centre et Limousin.

► Basse et Haute Normandie.

► Alsace et Lorraine.

► Picardie et Champagne-Ardennes.

► Auvergne et Rhône-Alpes.

► Bourgogne et Franche-Comté.

► Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon.

► Les régions Bretagne, Pays-de-la-Loire, Aquitaine, Nord-Pas-de-Calais, Corse, Ile-de-France et Paca restent inchangées.

Du grand n'importe quoi!

Par exemple, la Picardie rattachée à la Champagne-Ardennes. N'est-elle pas plutôt administrativement et culturellement plus proche du Nord Pas-de-Calais, région délaissée...au profit de la Wallonie?! 

Et la Loire-Atlantique qui reste détachée de la Bretagne, on croit rêver !

Découpage refait à la sauvette après de très fortes pressions d'amis du président?!

Découpage politicien teinté d'électoralisme au détriment du politiquement correct ("politique", terme pris au sens étymologique du terme) ?

Estimé entre 12 à 25 milliards d’euros par le secrétaire d’État André Vallini, le montant des économies engendrées par la fusion des régions et la suppression des départements ne repose sur aucune évaluation précise.

Céline Rouden, dans la Croix, estime quant à elle qu'il s'agit d'une estimation "au doigt mouillé".

"...Il n’existe aucune étude qui ait précisément chiffré l’impact d’une suppression des départements et du regroupement des régions. Une estimation au « doigt mouillé », a-t-on reproché au secrétaire d’État. « Moi, j’appelle ça le volontarisme politique et je l’assume (…) Si on ne peut pas économiser 5 % sur cinq ans sur 250 milliards d’euros, il faut arrêter de faire de la politique », a rétorqué l’intéressé la semaine dernière devant l’Assemblée nationale.

DES ÉCONOMIES CONTESTÉES

Ce montant semble pourtant « hors d’atteinte » à l’ancien ministre du budget Alain Lambert, auteur avec Martin Malvy d’un rapport sur le redressement des finances publiques. Selon lui, si on ne compte que sur les économies de dépenses de fonctionnement de ces structures et non sur les politiques qu’elles conduisent, « on est loin de ces sommes », a-t-il expliqué début mai dans un entretien à L’Express.

« Dans cette réforme, on ne supprime pas le département, on transfère simplement ses compétences. Quant à la fusion de deux régions, elle ne générera en termes de fonctionnement que des microéconomies », assure Jean-Luc Boeuf, expert des collectivités locales à l'Institut Montaigne. Quand elle ne produira pas selon lui des dépenses supplémentaires pour agrandir les bâtiments du conseil régional ou en frais de déplacements des élus.

André Vallini a bien tenté devant la représentation nationale de justifier son estimation : le regroupement de la fonction achat, la rationalisation de l’aide au développement économique (aujourd’hui assurée à la fois par le département et la région), la mutualisation des services entre les communes et les intercommunalités ou le gel des effectifs sont pour lui autant de gisements d’économies. « C’est vrai il y a de nombreuses pistes d’économies possibles dans les collectivités locales, mais il n’y a pas besoin de supprimer les départements ou de fusionner les régions pour cela,souligne Jean-Luc Boeuf. Il y a une forme de tromperie à mettre les deux en regard. »

Des économies que devront de toute façon trouver les collectivités locales, puisqu’elles vont voir leurs dotations de l’État baisser de 11 milliards d’ici à 2017. Sauf à s’endetter un peu plus ou à augmenter les impôts locaux…"

photo empruntée à I Télé

photo empruntée à I Télé

Réforme territoriale: petits arrangements entre amis!
Repost 0
Published by le modérateur - dans vie politique
commenter cet article
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 14:34

Je vous invite à lire l'intervention de François Bayrou sur France Inter. Une analyse des plus pertinentes de la situation actuelle qui risque de devenir explosive et de solides propositions pour s'en sortir.

Cliquer sur le lien ci-dessous...

http://mouvementdemocrate.fr/article/je-defends-lidentite-la-solidite-et-le-caractere-offensif-dun-centre-dont-la-vie-politique-francaise-a-le-plus-grand-besoin

François Bayrou à France Inter le 1er juin 2014

François Bayrou à France Inter le 1er juin 2014

Repost 0
Published by le modérateur - dans vie politique
commenter cet article
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 16:18

C'est le triste constat du rapprochement des chiffres des européennes de ceux du chômage. Et d'autres mauvaises nouvelles suivent...

Le ruban rouge du mi-temps du mandat de François Hollande est d'avoir fait du Front national le premier parti de France. Et le lendemain de ce jour noir pour la France d'avoir prétendu dans son allocution télévisée préenregistrée que, "partout, les partis européens progressent". Soit le président est sourd et aveugle, soit l'incompétence de ses équipes a encore progressé : personne n'a donc réalisé que sa langue a fourché, qu'un lapsus lui a fait dire le contraire de la vérité ? On se pince pour y croire ! Beau baptême du feu pour une équipe élyséenne largement remaniée et qui devait montrer son professionnalisme et sa capacité à protéger le chef de l'État.

Un trou dans la caisse de 15 milliards !

Pendant que l'UMP s'autodétruit bruyamment, dans une indifférence quasi générale et méritée, deux "petites" informations méritent un peu d'écho. La Cour des comptes a remarqué que les recettes fiscales nettes l'an dernier ont été inférieures de 14,6 milliards d'euros aux prévisions de départ. "L'écart entre prévision et exécution sur l'évolution spontanée des recettes fiscales souligne le manque de prudence de la loi de finances initiale et peut soulever une interrogation au regard de la sincérité de cette dernière", écrit la cour dans ce rapport qui porte sur l'exécution du budget de l'État en 2013. Placés dans une telle situation, le directeur financier et sans doute le directeur général de n'importe quelle entreprise privée auraient été priés de faire leurs valises. Ici, rien ! Pire, pour le budget 2014, l'État n'a pas vraiment changé de mode de calcul, puisque la loi de finances initiale juge qu'à législation constante les prélèvements obligatoires évolueront au même rythme que le PIB. Ce que le Haut Conseil des finances publiques, organe indépendant adossé à la Cour des comptes, a d'ores et déjà jugé "optimiste". On reste sans voix ! Il manquera donc une quinzaine de milliards dans les caisses du Trésor, et cela ne semble paniquer personne...

Dernier détail : oui, l'inversion de la courbe du chômage a bien eu lieu. Mais personne ne s'en félicite ! Le mois dernier, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A de moins de 25 ans, une cible prioritaire du gouvernement, a augmenté de 0,2 %. Les jeunes sur qui devaient reposer tous les efforts du gouvernement n'ont plus que leurs yeux pour pleurer : le marché du travail leur sera de plus en plus difficile d'accès... Le gouvernement sera tenté d'abuser des emplois aidés, qui videront un peu plus les caisses de l'Etat et offriront à Marine Le Pen d'autres victoires politiques, morales et sociales. C'est à pleurer de rage.

JÉRÔME BÉGLÉ

Repost 0
Published by le modérateur - dans vie politique
commenter cet article
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 16:12

 

Recettes quasi stables, baisse de 10 milliards des dotations, dépenses de fonctionnement en hausse : les collectivités locales vont être confrontées à des choix draconiens : non-remplacement en cas de départ à la retraite, et surtout baisse des investissements. La Banque postale estime cette dernière à 5,6 % en 2014.

Et ce n'est pas fini. De 52,4 milliards d'euros les investissements pourraient chuter à 34,7 milliards dans l'hypothèse déjà très conservatrice d'une hausse des recettes, des dépenses de fonctionnement et de la dette de 2 % par an. Cela représente une chute de 33 % dont feront les frais le secteur du bâtiment et des travaux publics, les associations...

Face à cela, les maires sont de plus en plus démunis. Leur pouvoir d'action sur les taux ne cesse de s'amenuiser. Ils ne peuvent plus agir que sur la fiscalité des ménages - qui représente 70 % des masses sur lesquelles ils ont un pouvoir de décision -, ce qui électoralement leur laisse peu de marge pour augmenter leurs ressources. Un véritable casse-tête.

Quid des promesses pré-électorales de baisse notamment des taxes d'habitation à Béthune ou ailleurs???? 

Repost 0
Published by le modérateur - dans vie politique
commenter cet article
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 15:36

Récemment sur ce blog, j'avais lancé une mise en garde à propos de l'orage qui gronde au-dessus de la France. Des signes annonciateurs se multiplient tels les récents résultats des élections municipales et européennes. Ce mercredi dernier sur BFMTV et RMC, François Bayrou a lancé : "Quand l'orage arrive, vous sentez l'électricité dans l'air. Il n'y a qu'une certitude c'est qu'un coup de foudre va arriver. Mais vous ne savez pas où", assurant qu'il va se passer quelque chose dans les mois à venir.

Il a voté pour François Hollande mais ne croit plus en lui. François Bayrou pense même que le président de la République ne tiendra pas jusqu'en 2017.

Interrogé par Jean-Jacques Bourdin pour savoir si François Hollande ira au terme de son mandat, le leader centriste a lâché ses quelques mots: "il n'ira pas".

Le président du Modem s'est ensuite expliqué sur les raisons qui le poussent à faire ce pronostic. "On ne peut pas durer trois ans dans la situation où on se trouve. Le système politique français ne peut pas supporter pendant trois ans d'avoir aux responsabilités des hommes et des mouvements politiques qui n'ont plus aucune confiance de la part du peuple", a expliqué le maire de Pau tentant une analogie avec les orages en météo.

Pas de retour avec la droite

Selon lui, il en va de sa responsabilité et de tous ceux qui ont "réalisé le bon diagnostic de proposer un projet de reconstruction". Peut-il le faire avec la droite, comme Alain Juppé et Nathalie Kosciusko-Morizet le souhaitent depuis plusieurs heures? "On ne doit pas recommencer avec l'idée d'un parti unique de la droite et du centre qui organise la confusion", estime François Bayrou qui se dit favorable "à une droite qui est à droite et un centre qui est au centre".

Repost 0
Published by le modérateur - dans vie politique
commenter cet article
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 09:55

Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité (cat.A) a augmenté en avril de 14 800.

Soit un total de 3 364 100.

En ajoutant les demandeurs d'emploi en activité réduite, nous approchons les 5 millions.

Ceci est très inquiétant.

*Mais, ce qui est le plus inquiétant, c'est la réaction de Mr REBSAMEN (diplômé de sciences po), ministre du travail et de l'EMPLOI: "Il n'y a ni amélioration immédiate ni aggravation significative".

* Et cette réaction me rappelle celle de Mr SAPIN,(diplomé de l'ENA), ancien ministre du travail, qui, l'année dernière, nous avait dit:"nous suivons le bon chemin, le chômage augmente moins vite!"

Si on appelle pas ça de la LANGUE DE BOIS...!

 

Chiffres du chômage, vus par Yapucas
Repost 0
Published by Yapucas - dans vie politique
commenter cet article
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 16:14
Pensée du jour
Repost 0
Published by le modérateur - dans vie politique
commenter cet article