Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 14:49

Ils ont choisi Labuissière pour leur conférence de presse. La ville de Serge Janquin. Député et premier fédéral pendant plus de dix ans, il a été un des poids lourds du parti socialiste. Ça ne lui a pas valu de traitement de faveur : comme tous les colistiers de Jean-Pierre Corbisez, il a été « réputé démissionnaire » pour « s’être présenté contre la liste investie par le parti » aux sénatoriales.

Dans le lot, il y a d’autres figures du socialisme local, Jacques Napieraj, maire d’Isbergues, et Valérie Laquay, première adjointe de Bruay, pour ne citer qu’eux. Tous refusent de parler d’exclusion, fustigeant «  des procédures non conformes aux statuts, un mécanisme vicié  » dès les élections internes. Puis il y a eu le rocambolesque épisode de l’investiture de Michel Dagbert, jamais reconnue comme officielle par l’équipe de Corbisez. La fédé, qui a acté l’exclusion puisqu’elle n’invite déjà plus les concernés aux réunions, assure qu’un «  courrier en bonne et due forme a été envoyé par le bureau national  ».

« Avec des mœurs pareils, on dégoûte les militants, on discrédite l’homme politique et on fait le jeu du FN. »

Eux doutent que la décision émane du bureau. Ils s’appuyent sur des témoignages. Et puis choisir Michel Dagbert alors qu’il a été écarté au premier tour par les militants... Après sa position à la présidentielle qui plus est. «  Je n’ai jamais manqué un parrainage, même quand je n’étais pas d’accord avec le choix du parti. J’ai épluché ceux de la présidentielle, il n’a pas donné de parrainage. Il est même allé plus loin en disant qu’il allait voter pour un autre (Emmanuel Macron) et ce sont ces gaillards-là qui viennent me dire que je suis viré ? Il y a des limites à l’indécence politique. Avec des mœurs pareils, on dégoûte les militants, on discrédite l’homme politique et on fait le jeu du FN  », lâche Jacques Napieraj, pas du genre à garder sa langue dans sa poche.

« Tout ça pour des ambitions personnelles »

«  Je n’ai pas besoin du label parti socialiste, il comprend désormais autant de vrais socialistes que de gens qui rallient la bonne soupe. Ne plus avoir de place ne m’empêchera pas de parler, de leur dire qu’ils travaillent comme des branquignolles alors qu’il faut rassembler au-delà des divergences, de la gauche même  » pour reconstruire, lance de son côté Serge Janquin. « Tout ça pour des ambitions personnelles.  »

Des élus socialistes de Bruay prêts à rendre leur carte

Les colistiers de Jean-Pierre Corbisez s’en remettent désormais à la commission des conflits. En attendant qu’elle se saisisse de l’affaire, Valérie Laquay a suspendu son versement au parti. Le maire et d’autres élus socialistes de Bruay seraient prêts à faire pareil et à rendre leur carte si l’exclusion était confirmée. «  Une histoire complètement aberrante  », résume Serge Janquin.

Les « réputés démissionnaires » : Jean-Pierre Corbisez, maire d’Oignies, président de la communauté Hénin-Carvin. Jacques Napieraj, maire d’Isbergues, vice-président de d’Agglo. Valérie Laquay, première adjointe à Bruay. Serge Janquin, ancien premier secrétaire fédéral. Frédéric Wallet, maire de Haisnes. Françoise Rossignol, maire de Dainville, vice-présidente à la communauté urbaine d’Arras. Cédric Delmotte, maire de Boiry-Saint-Martin. Pascale Le Bon, conseillère départementale, adjointe à Saint-Martin-lès-Boulogne.  Françoise Caron, conseillère à Tincques.

 Par Cécile Rubichon dans 

Réunis à Labuissière, Jean-Pierre Corbisez et ses colistiers, dont Serge Janquin, Jacques Napieraj et Valérie Laquay, ont annoncé avoir saisi la commission des conflits.

Réunis à Labuissière, Jean-Pierre Corbisez et ses colistiers, dont Serge Janquin, Jacques Napieraj et Valérie Laquay, ont annoncé avoir saisi la commission des conflits.

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article
4 octobre 2017 3 04 /10 /octobre /2017 14:07

Selon le journal satirique, la porte-parole de La France Insoumise doit quelque 32.215 euros à la caisse de retraite des avocats.

L'avocate Raquel Garrido, porte-parole de La France insoumise, n'a pas payé ses cotisations sociales à la caisse de retraite des avocats depuis six ans, ni ses cotisations à l'Ordre des avocats depuis un an, révèle Le Canard Enchaîné à paraître mercredi.

Selon l'hebdomadaire satirique, qui ne cite aucune source, «depuis six ans qu'elle a enfilé la robe noire, elle a oublié de régler ses cotisations sociales à la caisse de retraite des avocats, à laquelle elle doit 32.215 euros». Le Canard assure par ailleurs que la nouvelle chroniqueuse sur C8 «ne paie pas non plus, depuis un an, ses cotisations à l'Ordre des avocats de Paris».

 

Contactée par l'AFP, Raquel Garrido n'a pas donné suite. Quant à l'Ordre des avocats, il a répondu qu'il ne souhaitait «pas communiquer sur les cotisations de ses membres». Selon Le Canard Enchaîné, ni l'Ordre ni la caisse de retraite «n'ont engagé de poursuites».

Et l'hebdomadaire d'ironiser: «C'est par distraction, on imagine, que Maître Garrido a accumulé cette dette. Comment pourrait-elle sinon, continuer de défendre le modèle social français, qui repose sur la solidarité entre cotisants?»

Le Figaro du 4.10.2017

 

 Laurent Joffrin dans sa Lettre Politique ( Libération ) : 

Raquel Garrido n’a pas payé ses cotisations retraite ni celles à l’ordre des avocats, dit le Canard enchaîné. L’intéressée n’a pas démenti. Si la chose est vraie, voilà tout de même une personnalité paradoxale. Elle donne des leçons de journalisme à la presse entière et commente positivement une manifestation deux jours avant qu’elle ait eu lieu, comme si elle avait déjà assisté au défilé ; elle dénonce «l’oligarchie» tous les matins et émarge le soir chez Bolloré pour un montant qu’elle refuse de dévoiler, tel un PDG du CAC 40. Le Canard la pense aussi saisie, à son tour, de «phobie administrative». A vérifier. Mais pour une phobie identique, le ministre Thévenoud avait démissionné du gouvernement.

 

Raquel Garrido épinglée par Le Canard Enchaîné pour non paiement de ses cotisations sociales
Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article
2 octobre 2017 1 02 /10 /octobre /2017 18:10

Ce dimanche, la Voix du Nord relatait les mésaventures de trois élus du secteur, mésaventures liées aux récentes élections sénatoriales, en titrant:

"Trois élus du bruaysis socialistes sous le coup d'une sanction du parti ? "

L'affaire quelque peu rocambolesque avait pour sujet la division des socialistes du Pas-de-Calais en deux listes. Au départ, il y en avait trois; élection contestée..L'une se désiste et, finalement, c'est celle qui est arrivée première ( dans laquelle figuraient les trois " victimes") qui  n'est pas retenue par  les instances nationales. Embrouillamini...comprenne qui pourra ou voudra ! 

Rappel de l'épisode précédent...la Voix du Nord du 6 septembre:

"Michel Dagbert qui déclare être investi par le PS... Faux, rétorque son adversaire Jean-Pierre Corbisez, arrivé en tête lors du vote des militants, qui lance sa liste, persuadé que le National n’a pas tranché. Et boum... communiqué de la Fédé socialiste du Pas-de-Calais mardi soir qui le tacle à son tour. Ça promet !"

Toujours est-il que Serge JANQUIN, ancien député, Jacques NAPIERAJ, maire d'Isbergues et Valérie LAQUAY, première adjointe au maire bruaysien "sont réputés démissionnaires" ! Comme si les défaites nationales et locales ne suffisaient pas.

Jacques Napieraj prend cela avec détachement et philosophie :

" ça ne m'empêche pas de dormir...une telle procédure d'exclusion aurait également pu être mise en oeuvre au moment de la présidentielle, envers ceux qui n'ont pas soutenu le candidat du parti et qui aujourd'hui sont élus sénateurs " visant Michel Dagbert qui n'avait caché ses faveurs pour Emmanuel Macron.

Le divorce est-il bien consommé? Après qu'ils fussent réduits aux aguets, nos trois candidats malheureux devront-ils liquider une communauté réduite aux acquets antérieurs vu leurs loyaux services ?

Á suivre...

Comme disent les Birds...

Comme disent les Birds...

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article
22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 15:07

Nicolas Hulot et ses deux secrétaires d’État ont reçu les 7 présidents des comités de bassin (ainsi que 6 directeurs des agences de l’eau, non présents sur la photo) le 3 août dernier.André Flajolet, président du bassin Artois-Picardie, était présent. 

Les agences de l’eau qui devaient déjà élargir leur périmètre d’action à la biodiversité (en contribuant au budget de l’Agence française de la biodiversité), devraient  également financer l’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) et l’association des parcs nationaux (APN). « Nous avons répondu que c’était inacceptable, et que si telle était l’obligation, nous nous contenterions de faire notre métier de base, c’est-à-dire d’appliquer le principe « l’eau paie l’eau », les tuyaux et l’assainissement, point final ! », s’alarme André Flajolet, en sa qualité de président du comité de bassin Artois-Picardie. D’autant qu’il reconnaît que les collectivités sont en retard pour améliorer les rendements des réseaux d’eau potable, comme le demande la loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010.

Malgré le contexte difficile, cette réunion a permis un dialogue constructif avec le Ministre d'Etat et de partager une vision des enjeux du changement climatique. Un exercice qui devrait être amené à se renouveler deux fois par an.

Des avancées concrètes ont pu voir le jour avec l'ouverture de la composition de l'Agence Française de la Biodiversité à un représentant des comités de bassin.

Photo La Gazette, lors de la réunion avec le ministre de la Transition écologique et solidaire et ses deux secrétaires... d’Etat.

Photo La Gazette, lors de la réunion avec le ministre de la Transition écologique et solidaire et ses deux secrétaires... d’Etat.

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article
29 juillet 2017 6 29 /07 /juillet /2017 09:49

 

L'Assemblée nationale a voté à une large majorité les deux textes sur la moralisation de la vie politique. Tour d'horizon des principales mesures.

L'Assemblée nationale le 5 juillet 2017

Les deux lois de moralisation de la vie politique vont avoir d'importantes conséquences pour les élus et les partis.

NICOLAS MESSYASZ/SIPA
 
 
 
 

A l'issue d'une semaine chaotique dans l'hémicycle, l'Assemblée nationale a très largement voté en première lecture dans la nuit de vendredi à samedi les projets de loi de moralisation, dans les chantiers emblématiques du début du quinquennat. Après quasiment 50 heures de débat et l'examen de plus de 800 amendements, les députés ont adopté le projet de loi ordinaire visant à restaurer "la confiance dans la vie politique" par 319 voix contre 4, puis le projet organique, avec 203 voix contre 37.

Voici les principales mesures des deux projets de loi de moralisation (ordinaire et organique) "pour la confiance dans la vie politique" votées en première lecture à l'Assemblée:

Pratiques des élus

- Interdiction des emplois familiaux de collaborateurs "pour la famille proche" (conjoint, partenaire de Pacs, concubin, parents et enfants ainsi que ceux du conjoint, partenaire de Pacs ou concubin) pour les ministres, parlementaires et exécutifs locaux, sous peine de trois ans de prison et 45.000 euros d'amende, avec restitution des sommes versées.

Pour l'emploi de toute autre personne ayant "un lien familial" (membre ou ancien membre de la famille), obligation de déclaration à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) pour les membres du gouvernement et exécutifs locaux, et auprès de l'organe de déontologie de leur assemblée pour les parlementaires. Même obligation déclarative en cas d'emploi croisé (embauche d'un collaborateur de la famille d'un autre élu ou ministre).

- Suppression de la réserve parlementaire dont disposent députés et sénateurs pour attribuer des subventions (147 millions d'euros en 2017), afin d'éviter "les dérives clientélistes". Son extinction sera progressive d'ici 2024.

- Suppression de la réserve ministérielle.

- Nouveau régime pour les frais de mandat parlementaire: prise en charge directe, remboursement sur présentation de justificatifs ou versement d'une avance. Le bureau de chaque assemblée devra arrêter la liste des frais autorisés, définir un système de contrôle et en assurer la publicité. Art. 7 ordinaire. Jusqu'alors, les députés percevaient une indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) de 5.373 euros net mensuels, les sénateurs de 6.110 euros. Depuis 2015, avait été définie une liste des dépenses autorisées et interdites, et les députés devaient certifier sur l'honneur du bon usage.

- Définition d'un régime répressif, à déterminer dans le règlement des assemblées, pour mettre fin aux compléments de rémunération dont bénéficient certains parlementaires siégeant en cette qualité au sein de certains organismes publics ou parapublics.

- Les candidats à l'élection présidentielle devront fournir une déclaration d'intérêts et d'activités, en plus de l'actuelle déclaration de patrimoine.

- Avis de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) sur la variation de la situation patrimoniale du présidentde la République en fin de mandat.

- Peine complémentaire obligatoire d'inéligibilité en cas de crimes ou de manquements à la probité applicable à l'ensemble des élections. Parmi les infractions concernées: les faits de discrimination, injure ou diffamation publique, provocation à la haine raciale, sexiste ou à raison de l'orientation sexuelle. La juridiction peut, par une décision spécialement motivée, décider de ne pas prononcer cette peine.

- Vérification de la situation fiscale des parlementaires(eurodéputés compris) en début de mandat. En cas de manquement, démission d'office et inéligibilité seront possibles. Une démission d'office aura pour conséquence la tenue d'une élection partielle.

- Encadrement des activités de conseil pour les parlementaires: ils ne pourront pas se lancer dans ce type d'activité en cours de mandat, mais pourront poursuivre une telle activité si elle a débuté plus d'un an avant leur entrée en fonction. De plus, il sera interdit de conseiller des sociétés impliquées dans des marchés publics ou d'exercer des fonctions de représentant d'intérêts. Création de "registres publics" de "déports" pour les parlementaires en situation de conflits d'intérêts sur des textes ou des votes, et estimant devoir se mettre en retrait.

- Les collaborateurs parlementaires devront bénéficier d'un statut, jusqu'alors quasi inexistant. La cessation de mandat constituera un motif spécifique de licenciement. Interdiction pour les lobbies de rémunérer des collaborateurs parlementaires.

 

Financement des partis

- Le gouvernement sera habilité à créer par ordonnance une "Banque de la démocratie".

- Création d'un "médiateur du crédit" pour faciliter le dialogue entre banques, candidats et partis.

- Publication détaillée des comptes des partis au Journal officiel.

- Interdiction de prêts par des personnes morales autres que des banques européennes ou des partis politiques, et interdiction de tout prêt ou aide d'une personne morale étrangère. Contrôle renforcé des prêts consentis par des personnes physiques. Toute infraction sera passible de trois ans de prison et 45.000 euros d'amende.

(Challenges avec AFP)

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article
5 juillet 2017 3 05 /07 /juillet /2017 16:34

La constitution du groupe MoDem se finalise par une liste de 47 députés. Élus le 18 juin dernier, nos députés sont déterminés à soutenir le projet présidentiel et à être "les porte-voix du peuple français" comme l'exprimait hier Marc Fesneau, président du groupe à l'Assemblée nationale, devant le Congrès réuni à Versailles.

 

Groupe MoDem & Apparentés de Mouvement Démocrate

Répartition des députés selon les commissions : 

Erwan Balanant, Membre de la commission des lois

Géraldine Bannier, Membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Jean-Noël Barrot, Vice-président de la Commission des Finances

Justine Bénin, Membre de la commission des affaires sociales

Philippe Berta, Membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Philippe Bolo, Membre de la commission des affaires économiques

Jean-Louis Bourlanges, Membre de la commission des finances

Vincent Bru, Membre de la commission des lois

Jean-Pierre Cubertafon, Secrétaire de la commission de la défense nationale et des forces armées

Marguerite Deprez-Audebert, Membre de la commission des affaires économiques

Bruno Duvergé, Membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire

Sarah El Hairy, Membre de la commission des finances

Nathalie Elimas, Membre de la commission des affaires sociales

Nadia Essayan, Membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Michel Fanget, Membre de la commission des affaires étrangères

Marc Fesneau, Président du groupe « Modem et apparentés », Membre de la commission de la défense nationale et des forces armées

Isabelle Florennes, Membre de la commission des lois

Bruno Fuchs, Membre de la commission des affaires étrangères

Patricia Gallerneau, Membre de la commission des finances

Laurent Garcia, Membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Brahim Hammouche, Membre de la commission des affaires sociales

Cyrille Isaac-Sibille, Secrétaire de la Commission des Affaires sociales

Elodie Jacquier-Laforge, Membre de la commission des lois

Bruno Joncour, Membre de la commission des affaires étrangères

Jean-Luc Lagleize, Membre de la commission des affaires économiques

Mohamed Laqhila, Membre de la commission des finances

Fabien Lainé (suppléant), Membre de la commission de la défense nationale et des forces armées

Florence Lasserre, Secrétaire de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire

Philippe Latombe, Membre de la commission des lois

Aude Luquet, Membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire

Max Mathiasin, Membre de la commission des affaires économiques

Jean-Paul Mattei, Membre de la commission des finances

Sophie Mette, Membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Philippe Michel-Kleisbauer, Secrétaire de la Commission de la défense

Patrick Mignola, Membre de la commission des affaires sociales

Bruno Millienne, Membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire

Jimmy Pahun, Membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire

Frédéric Petit, Membre de la commission des affaires étrangères

Josy Poueyto, Membre de la commission de la défense nationale et des forces armées

Maud Petit, Membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Richard Ramos, Membre de la commission des affaires économiques

Thierry Robert, Membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire

Marielle de Sarnez, Présidente de la Commission Affaires étrangères

Nicolas Turquois, Membre de la commission des affaires économiques

Michèle de Vaucouleurs, Membre de la commission des affaires sociales

Laurence Vichnievsky, Vice-présidente de la Commission des Lois

Sylvain Waserman, Vice-président de l’Assemblée nationale

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 16:34

Il n’y a jamais eu autant de femmes à l’Assemblée nationale et pourtant elles ne détiennent pas les postes les plus prestigieux de l’institution.

 

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 14:18

Bonjour à toutes et à tous,
 

Comme vous avez pu le savoir j'ai été ,il y a quelques semaines, investie par la République En Marche pour représenter notre mouvement dans la 9e circonscription du Pas-De-Calais.
Mon équipe et moi-même aurions dû vous contacter plus tôt mais malheureusement, les personnes responsables localement n'ont pas pu (ou voulu) me permettre de vous contacter avant. Nous nous en excusons.
Je sais combien vous avez travaillé dur pour que notre Président gagne son pari, je sais que vous n'avez pas compté vos heures sur le terrain au travers des portes à portes, tractages et réunions. Pour cela, je vous remercie sincèrement. 

Certains avaient l'intention de participer à la bataille des législatives et ont du être étonnés de ne pas recevoir de nouvelles. C'est pour cela que j'invite chacun d'entre vous à venir partager un temps d'échange informel après la

 réunion publique de Sailly-sur-la-Lys ce mardi 6 juin à 19h en mairie.

Ce moment réservé aux adhérents En Marche nous permettra d'enfin faire connaissance, de recueillir vos avis sur la campagne actuelle et, si vous le désirez, de vous intégrer à l'équipe pour ensemble aller chercher la victoire et conquérir cette majorité présidentielle attendue !
Si vous ne pouvez être présent, sachez que nous tenons 
permanence du Lundi au Samedi, de 16h à 20h au 16, Place Senis à BéthuneCette maison est la vôtre et vous est toujours ouverte.

Beaucoup d'entre vous se sont engagés dès le début dans le mouvement. Les adhérents En Marche! seront toujours à la base du mouvement de renouvellement et sans vous, rien ne saurait être possible.

Je vous souhaite à tous une magnifique journée, en espérant vous rencontrer très bientôt (n'hésitez surtout pas à me contacter au besoin), En Marche !
 

 

Marguerite Deprez-Audebert
 
Candidate La République en Marche !
9e circonscription du Pas-de-Calais 
 
Communiqué de Marguerite Deprez-Audebert, candidate La République en Marche !
Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 18:21

La vague peut devenir un tsunami. Dans plusieurs sondages, les candidats de La République en marche (REM) obtiennent plus de 30% des intentions de vote à l’échelle nationale. Comme toujours, ces chiffres doivent être maniés avec prudence. Mais la tendance n’est pas douteuse. REM était au-dessous des 30% il y a une semaine : le macronisme progresse de jour en jour, comme si le corps électoral avait déjà décidé de procurer au nouveau président une majorité qui lui permette de gouverner. Le FN et LR résistent autour de 20%, la gauche se fragmente avec une domination de la France insoumise (autour de 15%, avec un PS au-dessous de 10%). Si ces chiffres se confirment dans l’urne, les candidats REM se retrouveront très souvent dans un duel final ou dans une triangulaire au second tour.

C’est là qu’un redoutable mécanisme se met… En Marche. Dans la plupart des cas, aux yeux d’une fraction importante de l’électorat, les champions macronistes seront par définition le deuxième meilleur choix. Détaillons :

- en cas de duel REM-FN, les électeurs républicains de gauche et de droite, pour une bonne partie, voteront contre le ou la frontiste

- en cas de duel REM-LR, les électeurs de gauche, pour une bonne partie, voteront contre la droite et il faudrait un report massif des voix FN sur elle pour faire élire le ou la candidate LR, ce qui est douteux

- en cas de duel REM-France insoumise ou PS, ce sont les électeurs de droite qui préféreront, selon toutes probabilités, le ou la macroniste à la gauche.

- et s’il s’agit d’une triangulaire, l’impétrant REM en tête au premier tour sera très souvent élu au second.

Autrement dit, dans de nombreuses circonscriptions, les candidats REM offriront un recours (un deuxième meilleur choix) aux électeurs dont le candidat aura été éliminé au premier tour. Si bien qu’au total, avec un tiers des voix au premier tour, REM pourrait remporter bien plus de la moitié des sièges dans la future assemblée. Seuls survivront leurs adversaires disposant d’une solide avance au premier tour.

Le scrutin majoritaire est un amplificateur. Jusqu’à maintenant, il profitait alternativement à la droite et à la gauche. Cette fois, c’est le centre qui en bénéficie. Ce ne sera pas la chambre bleu horizon, mais l’assemblée bleu-Macron.

 

Extrait de La lettre de campagne de Laurent Joffrin
 

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 10:11
Logo En Marche

 

CORALIE, responsable départemental(e) ou de votre zone géographique, vous envoie ce message : 
 

 

 

- Mme Marguerite DEPREZ-AUDEBERT et Mr Jean Claude THOREZ, 

candidats sur la 9ème circonscription du Pas de Calais, sont heureux de vous inviter à l’inauguration de leur local de campagne

le VENDREDI 19 mai à partir de 19h00 

situé 16 place JULES SENIS

à BETHUNE**

Cela sera , autour « du verre de l’amitié » , un moment d’échange et de convivialité, mais aussi de proximité; « la fête des voisins » !

** Aucune autre manifestation OFFICIELLE de campagne de « La République En Marche » n’est organisée ce même soir sur la circonscription.

** L’invitation que certains d’entre vous aurez pu recevoir pour « un banquet républicain » à Béthune, relève après vérification, d’un acte malveillant isolé de récupération et de promotion à des fins personnelles (sortie d’un livre …).

 

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article