Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 19:49

Le fait que l’UMP de François Coppé, après un entretien téléphonique que celui-ci a eu avec François Bayrou, ait rejoint le camp de ceux, fort nombreux, qui soutenaient déjà en son sein la candidature de celui-ci à Pau pour en chasser les tenants du pouvoir actuel, semble déranger certains “anciens combattants” de ce parti, parti décidément fort divisé aujourd’hui entre ses nombreux courants.

Cette ardeur d’anciens combattants à vouloir défendre l’indéfendable, à s’opposer à tout rapprochement qui se dessinait déjà entre le candidat MoDem et celui désigné par l’UMP pour se présenter face à lui - et tous deux contre le pouvoir actuellement en place sur cette ville depuis si longtemps - cette ardeur-là est certainement très digne de respect mais, franchement, parait être hors du temps et des réalités du terrain : celles-ci commandaient à l’évidence un tel rapprochement si l’on voulait atteindre l’objectif commun à ces deux compétiteurs. Cette ardeur relève davantage de l’aveuglement des passions politiques, aveuglement qui, hélas, fait perdre à chaque fois tout sens des réalités et démontre leur déficience de vision au moment précis où il faut être justement plus que clairvoyant et ne pas se contenter de ne contempler que de vieilles lunes à faire rêver.

Ces “anciens combattants” me rappellent curieusement ceux héroïques qui ont valu cette bataille de Bazeilles (1871) - et la mort en quelques heures de plus de 2.600 soldats français face à l’ennemi prussien - et qui a inspiré un très beau tableau qu’on peut voir encore sur le lieu de ce fait d’armes et appelé “la dernière cartouche”. L’acte était sublime de beauté. Mais il était tout autant pathétique : il n’a pas empêché la défaite irrémédiable de la France et de ses armées face aux dangers envahisseurs, armées entraînées par des chefs qui n’avaient pas su dépasser leur vision des faits au-delà de la visière de leurs képis, et entraîné finalement par devers eux la perte de l’Alsace-Lorraime passée ensuite sous le joug prussien pendant plus d’un demi-siècle.

Il est certain que Mr Coppé n’est pas devenu soudain “bayrouiste” pour autant. Mais à Pau, comme ailleurs aussi, la simple réalité commandait qu’on dépasse ces visions désuètes qui font le ravissement de ces banquets - surtout organisés entr’amis “bien pensants” - qui prétendent refaire le monde à eux seuls. Et, si possible, à leur seul profit.

C’est vrai à Pau. C’est aussi vrai ailleurs, quels que soient les partenaires en lice.

La France, çà ne peut donc être ces visions à courte vue, surtout si l'on veut qu'elle gagne demain.

François Van de Ville


...et à Béthune???

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans réflexions diverses
commenter cet article

commentaires