Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 18:14
 

La majorité a de nouveau bloqué un texte de l'opposition visant à interdire l'IP tracking, une pratique de certains sites marchands dénoncée depuis plus d'un an.

Le Point.fr - Publié le 17/12/2013 à 10:15 -

Les compagnies low cost easyJet et Ryanair sont soupçonnées d'utiliser l'IP tracking, une pratique commerciale déloyale, selon le Parlement européen.Les compagnies low cost easyJet et Ryanair sont soupçonnées d'utiliser l'IP tracking, une pratique commerciale déloyale, selon le Parlement européen. © Rex Features/REX/SIPA

C'est bien connu, en politique, il ne faut pas laisser son adversaire avoir de bonnes idées... sans les récupérer. Le député UMP Lionel Tardy en sait quelque chose, alors que son amendement visant à interdire l'IP tracking a été rejeté pour la seconde fois la semaine dernière par la majorité socialiste à l'Assemblée nationale, sur instruction du gouvernement. "Les méthodes d'identification des utilisateurs d'Internet au moyen du stockage de leur adresse IP et de leurs données de navigation, aux seules fins de faire varier les prix d'un produit ou d'un service vendu en ligne, sont considérées comme des pratiques commerciales déloyales", précisait l'amendement, disponible sur le site de l'Assemblée nationale

Mais pour profiter d'une telle protection, les consommateurs français vont devoir patienter jusqu'à ce que le PS propose son propre texte similaire. Officiellement, la majorité souhaite attendre le résultat d'une enquête de la Commission nationale de l'informatique et des libertés et de la répression des fraudes (DGCCRF). Pourtant, il est urgent d'agir. Contactée lundi, la Cnil nous a confié qu'une "communication est prévue prochainement" sur le sujet, mais a refusé d'apporter d'autres commentaires. 

Fallait-il tuer l'amendement de l'UMP ?

L'eurodéputée socialiste Françoise Castex, qui avait saisi la Commission européenne et la Cnil à ce sujet plusieurs mois avant que l'UMP ne propose son premier amendement, est écoeurée par le vote de la majorité socialiste. "Je ne comprends pas pourquoi l'amendement a été rejeté : pour le Parlement européen, il n'y a aucun doute, il s'agit bien d'une pratique commerciale déloyale", nous explique-t-elle. "J'espère qu'il ne s'agissait pas uniquement de rejeter un amendement de l'UMP", glisse-t-elle encore. L'élue, qui n'est pas candidate à sa réélection aux européennes de 2014 (sa place a été attribuée à une candidate du PRG), affiche une certaine liberté de parole lorsqu'elle évoque son parti.

"Lors d'un achat en ligne, certains sites enregistreraient dans un fichier l'adresse IP (identifiant numérique nécessaire à la connexion internet de tout matériel informatique) du poste à partir duquel se connecte l'utilisateur et l'associeraient à la recherche effectuée par ce dernier", expliquait le député Tardy dans l'exposé sommaire de son amendement. "Ce stockage de données serait par la suite utilisé afin d'ajuster le prix de l'article recherché lors d'une connexion ultérieure par le même utilisateur. Très concrètement, l'utilisateur verrait le prix de l'article qu'il recherche augmenter à chacune de ses connexions", ajoutait-il.

L'utilisateur "délibérément trompé"

Sur le banc des accusés, on trouve notamment certaines compagnies aériennes low cost, qui font augmenter le prix d'un trajet lorsqu'un internaute le recherche plusieurs fois. La récurrence de la recherche est en effet considérée par ces compagnies aériennes comme un signe que le client est prêt à payer plus cher. Conséquence : non seulement le même service est payé au prix fort, mais le "processus décisionnel de la personne" est "directement affecté", puisque l'augmentation du prix constitue aussi "une forte incitation à procéder à l'achat". 

"Poussé à l'achat, car croyant que la quantité de l'article qu'il recherche est en train de diminuer, l'utilisateur serait délibérément trompé par le vendeur. Ces mécanismes sont de nature à contraindre un peu plus un pouvoir d'achat des Français qui, pour la première fois depuis 30 ans, recule", regrettait encore Lionel Tardy. Contactés lundi matin, les cabinets des ministres en charge du dossier, Benoît Hamon et Fleur Pellerin, n'avaient pas, mardi matin, donné suite à nos demandes.


Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans INFOS DIVERSES
commenter cet article

commentaires