Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 12:32

Les sondeurs ne savent plus à quel saint se vouer tant les électeurs sont versatiles, circonspects, inquiets et désemparés pour un grand nombre d'entre eux. Mais y a-t-il un saint qui pourrait les renseigner ? Si oui, couvrez donc ce "saint" que je ne saurais voir, répondraient alors certains candidats quelque peu Tartuffe !

Pourtant, beaucoup d'électeurs semblent avoir fait leur choix. Néanmoins, une forte minorité n'est plus en capacité de voter utile et cherche un vote nouveau, le vote futile.

Dans sa chronique du jour, Serge Raffy analyse cette forme suprême du défaitisme.

"Dans cette pétaudière politique, de nombreux citoyens, face au désordre idéologique régnant, ne sont même plus en capacité de voter utile. Trop triste... Ils vont choisir un vote nouveau : le vote "futile". Faut-il en rire ou en pleurer ? Ils glisseront un bulletin dans l’urne pour un candidat qui les détend, les amuse, leur apporte une forme de nouveauté, de bol d’air, de frisson dans le dos, sans s’attarder sur leur programme, parce qu’ils anticipent déjà le fait que les promesses des uns et des autres se heurteront inévitablement au mur du réel. Le vote "futile" est une forme suprême du défaitisme, de désenchantement, de petite déprime électorale, qu’on sublime en jouant la carte "fun". Je vote, donc je fuis ?
 
C’est bien ce qui terrifie les sondeurs et les chroniqueurs politiques, dont je suis, emberlificotés dans des justifications rationnelles à cette grande énigme électorale. Cet angle mort de l’ennui, où une catégorie inconnue de votants comparent la présidentielle à une forme de jeu de Loto, ou une série télé, peut provoquer des catastrophes. On entend souvent autour de nous les rires vengeurs de ces militants du parti de la futilité qui ont choisi le vote décalé, à contre-courant, le vote contre-pied, voire pied de nez, pour marquer, non pas une adhésion à un projet de société, mais un ras-le-bol à l’égard de cette interminable campagne qui dure depuis près d’un an, primaires de la droite et de la gauche obligent ".
 
Prenons garde à ce vote de futilité; car l'élection du président de la République est un acte important qui engage notre pays pour cinq ans.
Ceux que l'on appelle les "petits candidats", fort respectables par ailleurs, n'ont plus grande chance d'accéder au deuxième tour. Parmi les quatre "grands prétendants ", deux me semblent déconnectés des réalités du monde actuel car quitter l'Europe et abandonner la monnaie unique serait un saut périlleux dans l'inconnu.
Entre futilité et utilité, le choix de la raison s'impose.
Restent les deux autres " grands candidats "; mon choix personnel est fait: le moins clivant donc le plus rassembleur...
vote utile ET de conviction donc d'adhésion.
Emmanuel MACRON.
 
Jean Pierre DERUELLE
Présidentielle: vote utile ou vote futile ?

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans réflexions politiques
commenter cet article

commentaires