Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 10:11

Le FN s'apprête à gagner la présidentielle, et il n'y aura pas de billet retour

Les régimes autoritaires peuvent s'installer graduellement, sans violence. Par Aurélien Leblay, consultant et expert externe pour la Commission Européenne, basé à Londres

 Le plus important de la période, c'est que l'autoritarisme est à notre porte et que les libertés publiques tremblotent. Florilège de ce qui se passe aux Etats-Unis : au Kentucky, une loi autorise les commerces à ne pas servir les personnes homosexuelles, à Washington on crie « Hail Trump » dans les rassemblements du propagandiste Richard Spencer, et l'actuel ministre de la justice trouve le KKK « OK, jusqu'à que je découvre qu'ils fument des joints » (le KKK promeut le meurtre et la torture des gens en raison de leur couleur de peau). Pour Bannon, le numéro 2 de la Maison Blanche : « Cela nous aide quand ils se trompent sur nous. Quand ils sont aveugles sur ce que nous sommes et ce que nous faisons. »

Ceux qui se rappellent l'Allemagne des années 1930 se demandent toujours : « comment a-t-on pu sombrer dans cette folie barbare » ? L'époque montre de façon limpide comment les opinions basculent dans l'irrationnel. : l'appauvrissement ou sa menace, la sensation ou l'expérience du déclassement, l'impossibilité d'envisager l'avenir des siens avec sérénité, le délaissement de l'État. Justifiées par l'assainissement des finances publiques, les politiques déflationnistes (baisses des salaires, des retraites ou des allocations, compression des dépenses publiques) renforcent la conviction que la politique ne peut plus rien. Elles créent la désespérance économique et l'attrait pour les options extrêmes. Dans ce contexte, des entrepreneurs politiques sans scrupules constatent qu'il est facile d'attiser les haines xénophobes, et excellent dans les analyses binaires et outrancières.

 L'autoritarisme en douceur

 Les régimes autoritaires peuvent s'installer graduellement, sans violence. Après l'élection, l'exécutif placera des exécutants aux postes censés préserver l'état de droit, en premier lieu la justice. Dans le même temps, on continuera de galvaniser le public. La fameuse « post-vérité » rejoint la propagande des régimes autoritaires du 20ème siècle. Ces « alternative facts » rappellent furieusement les « velines » (instructions aux journaux) de Mussolini, ou les techniques de propagande du pouvoir hitlérien, dont le responsable de la communication (Goebbels) disait : « Le détail n'est absolument pas ce qui compte, est vrai ce qui sert à mon peuple ». Il s'agit de réécrire les faits dans un sens favorable au régime : le mensonge devenu communication de masse. Si l'emblématique Breitbart News n'est pas un organe officiel, son directeur Steve Bannon est devenu le numéro 2 du pouvoir. La propagande est également à l'œuvre lorsque Trump invente sciemment un attentat en Suède (en Février 2017). Le démenti arrive en quelques minutes mais sur certains canaux seulement. A la fin, un grand nombre d'Américains retient qu'il y a bien eu un attentat en Suède.

 Des régimes discrets pour museler la presse

Il n'y aura pas d'interdiction nette de la liberté de la presse, ces régimes sont plus discrets. En Pologne, l'Etat menace les entreprises de cesser les commandes si elles achètent les espaces publicitaires des journaux indépendants. Ces-derniers disparaissent, logiquement. On peut aussi interdire la presse libre d'accéder au parlement (Pologne) ou aux conférences de presse de l'exécutif (USA).

 Pour affaiblir le suffrage universel sans le dire, il y a beaucoup de solutions. On peut utiliser les moyens de l'Etat pour intimider ou nuire aux opposants, on peut empêcher les votes non-favorables, en utilisant au besoin la violence. On peut organiser la fraude électorale à diverses échelles : plus l'administration est sous contrôle, plus on aura les coudées franches. On voit d'ailleurs comment Trump tente de reprendre la main sur les services secrets et fait dénoncer le « deep state », à savoir les fonctionnaires supposément restés fidèles à la précédente administration.

 

La fin du plafond de verre

 On peut continuer à espérer que tout s'arrangera tout seul, sauf que l'inclinaison de la pente du nationalisme-autoritaire ne s'inverse pas. En France le score du FN grandit élection après élection, il n'y a pas mille conclusions à en tirer... Pour inverser la tendance, il faut faire en sorte que le quotidien des plus fragiles s'améliore, et non pas empire année après année. « Quand les ouvriers n'y croient plus, ils deviennent des loups » ai-je pu lire un jour sur un réseau social bien connu. Laisser entrevoir des futurs meilleurs, c'est aussi simple que ça, et des pistes existent.

 Malheureusement le retournement des mentalités est un énorme rouleau compresseur très lent mais inéluctable. Le FN a obtenu 35% chez les moins de 24 ans en 2015, les jeunes sont désormais beaucoup moins vigilants que ne l'étaient leurs ainés. On peut faire des blagues à propos de Mme Le Pen. Elle est au pire naze et ridicule, mais elle n'est plus dangereuse. En mai les électeurs de gauche et a fortiori de droite se mobiliseront peu pour voter contre Le Pen au 2ème tour.

C'est bien l'abstention qui fera gagner le FN : à moins de 60% ou 65% de participation le plafond de verre devient une petite membrane en cellophane. Plus inquiétant encore :  le 2ème tour est un match binaire mondialisation heureuse contre laissés pour compte, confort des urbains contre précarité des périphéries, France qui va bien contre France qui va mal. Statu quo voire poursuite des politiques économiques, contre rupture affirmée. Un match électoral entre « gens connectés » et « gens des murs » (« web people » et « wall people » que décrit Thomas Friedman), entre l'idée de « oui » et l'idée de « non ». Je vous laisse deviner la réponse la plus en vogue. Regardons le Brexit, Trump, et toutes les prédictions pré-scrutins, et soyons un peu lucides pour une fois.

 Rien ne s'oppose à ce que le FN glisse vers l'autoritarisme une fois élu : attaques violentes contre la presse ou la justice, proximité avec les milieux identitaires, néo-nazis, et autres groupes violents, persistance de la ligne historique chez les militants, scores mirobolants chez les policiers ou les militaires, et surtout l'existence de l'article 16 de la constitution. Il faut bien se persuader que Marine le Pen sera réélue en 2022 si on lui laisse le pouvoir aujourd'hui. La propagande ou la manipulation des opinions est le principal danger, et rien ne dit du reste que les élections d'après seront libres, car on peut faire énormément de choses en 4 ou 5 ans.

 A chaque époque ses autoritarismes, il est temps qu'on se le dise bien fort et qu'on le répète autant qu'il faut. Pinailler sur les différences entre maintenant et l'Europe des années 1930 ne fait qu'atténuer l'alarme qui aurait dû nous saisir il y a longtemps. Dans l'urgence, on a peut-être encore les moyens d'empêcher la catastrophe cette année. Si nous avons cette chance il faudra s'attaquer aux origines des crises, avec lucidité et audace. Sinon, nous naviguerons en territoire inconnu.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans réflexions politiques
commenter cet article

commentaires