Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 14:48

La patronne du FN affirme que, si elle est élue, les taux d'intérêt ne remonteront pas, en dépit d'une inflation plus élevée et d'une monnaie dévaluée.

 

On déconseille fortement aux lycéens qui préparent en ce moment leur bac d'économie de le réviser à partir des théories et des démonstrations monétaires que développe à la télévision Marine Le Pen. Ils risquent de connaître de cruelles désillusions le jour de leur examen et d'écrire d'énormes contresens. Interrogée, jeudi matin sur BFM TV, par Jean-Jacques Bourdin qui lui demandait si un retour au franc ne risquait pas de se traduire par une hausse des taux d'intérêt, la candidate à l'élection présidentielle lui a répondu, avec un air offusqué. « Mais Monsieur Bourdin, pourquoi les taux d'intérêt remonteraient ? Ce que veut un prêteur, c'est qu'on le rembourse. »

Certes. Marine Le Pen semble toutefois ignorer qu'un des principaux déterminants du niveau des taux d'intérêt d'un pays est le risque de change, c'est-à-dire le risque pour un prêteur étranger d'être remboursé dans une monnaie qui se déprécie. Risque d'autant plus élevé dans un pays dont la dette publique est détenue à 60 % par « des investisseurs non résidents ». La candidate à l'élection présidentielle peut donc difficilement affirmer, d'un côté, qu'elle souhaite dévaluer fortement le nouveau franc pour redonner de la compétitivité aux entreprises françaises et expliquer, de l'autre côté, que les taux d'intérêt ne remonteraient pas en France dans un tel scénario.

Les prêteurs exigeraient une prime de risque élevée

Comme l'écrivent les experts de l'Institut Montaigne dans une note « Sortir de l'euro et restaurer une monnaie nationale, le franc », « les prêteurs remboursés dans une monnaie dépréciée modifieraient immédiatement leur comportement, si ce n'est avant par le jeu des anticipations. En pratique, ils exigeraient une prime de risque élevée, se traduisant par une dépréciation du cours de la dette déjà émise et une augmentation des taux d'intérêt pour les prochains emprunts. Le retour au franc induirait un risque de change important et ce risque serait nécessairement intégré dans les taux d'intérêt de la dette française. Il y aura toujours des investisseurs pour prêter à la France, mais à un prix beaucoup plus élevé pour l'État, comme pour tous les Français et pour les entreprises. »

 

Ce qui veut dire une augmentation de la charge de la dette, des crédits immobiliers plus chers et une perte de compétitivité pour les entreprises françaises, notamment par rapport à leurs concurrentes allemandes. Car le retour au franc, c'est aussi le retour garanti d'un important écart de taux d'intérêt entre la France et l'Allemagne, comme il a d'ailleurs longtemps existé. Dans la décennie 1980, quand le franc était perçu par les investisseurs étrangers comme une monnaie faible par rapport au Deutsche Mark, l'écart de taux d'intérêt à dix ans entre la France et l'Allemagne s'était établi en moyenne à plus de 4 % alors qu'il est aujourd'hui limité à 0,6 %.

Un peu d'inflation n'est pas obligatoirement catastrophique 

Un peu plus tard lors de l'interview, Jean-Jacques Bourdin s'est inquiété d'un retour de l'inflation en cas de sortie de l'euro et d'instauration de taxes sur les produits importés. « Monsieur Bourdin, vous êtes pollué par l'idéologie de la BCE qui s'est donné comme règle de lutter contre l'inflation, lui a rétorqué Mme Le Pen. Un peu d'inflation, ce n'est pas obligatoirement quelque chose de catastrophique. Nous n'avons pas d'inflation depuis quelques années. Est-ce que notre économie va mieux ? » Là encore, on voit mal comment elle peut d'un côté se réjouir à l'avance d'une accélération de l'inflation induite par sa politique économique et monétaire et expliquer de l'autre que cela n'aurait aucun impact sur les taux d'intérêt. N'en déplaise à la dirigeante du Front national, le niveau des taux d'intérêt est, comme l'expliquent en long et en large tous les manuels scolaires, directement fonction du niveau d'inflation : quand l'inflation augmente, les taux d'intérêt montent eux aussi mécaniquement. Au lendemain du grand débat opposant les cinq principaux candidats à l'élection présidentielle, Alain Duhamel se demandait sur l'antenne de RTL « si Marine Le Pen aurait la moyenne en économie au baccalauréat au vu de la vacuité de ses interventions sur les questions économiques et sociales ». Les propos qu'elle a tenus trois jours plus tard sur les taux d'intérêt indiquent clairement que non.

 

PAR 

« si Marine Le Pen aurait la moyenne en économie au baccalauréat au vu de la vacuité de ses interventions sur les questions économiques et sociales »

« si Marine Le Pen aurait la moyenne en économie au baccalauréat au vu de la vacuité de ses interventions sur les questions économiques et sociales »

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article

commentaires