Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 16:46

C'est un soutien socialiste de plus pour le candidat En marche !. Le chef de file des réformateurs reproche à Benoît Hamon d'amener le PS à se radicaliser.

Après François de Rugy et François Bayrou, c'est au tour de Christophe Caresche, député PS de Paris et chef de file des réformateurs, d'apporter son soutien à Emmanuel Macron à l'élection présidentielle, dans une interview au Journal du Dimanche, Christophe Caresche reproche au candidat PS, Benoît Hamon, de « constituer une sorte de Podemos ou de Labour version Corbyn à la française ». « Mais, ce faisant, il amène le PS à se radicaliser, à se déporter vers une gauche mouvementiste et protestataire, qui ne sera pas en capacité d'assumer les responsabilités du pouvoir », déplore-t-il.

Une « nouvelle force »

Il fustige notamment l'accord conclu par le candidat socialiste avec les écologistes, qui constitue, selon lui, « une rupture avec l'orientation du PS » sur le nucléaire, Notre-Dame-des-Landes ou encore les institutions. « À titre personnel, ma décision est prise : le moment est venu de soutenir Emmanuel Macron », annonce Christophe Caresche. Selon lui, l'ancien ministre « offre la possibilité de créer une nouvelle force, cohérente », et « rassemble déjà des responsables issus de formations politiques opposées mais qui, au fond, pensent la même chose : il faut relancer l'Europe et faire du redressement économique une priorité ». « C'est une décision qui n'est pas facile à prendre : je dois tout au PS, à commencer par ma carrière politique. Mais il faut prendre acte aujourd'hui du fait que nos chemins se séparent », poursuit Christophe Caresche, qui n'est pas candidat à un nouveau mandat aux législatives de juin. « Pour un homme de gauche, Emmanuel Macron est la seule solution permettant de contrer efficacement Marine Le Pen au deuxième tour de la présidentielle », fait-il également valoir. Sera-t-il suivi par d'autres élus « réformateurs » du PS ? « La décision n'est pas prise, mais la réflexion devrait s'accélérer. Cette sensibilité a vocation à se retrouver dans la démarche d'Emmanuel Macron », prévient Christophe Caresche. 

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article

commentaires