Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 17:42

L’abandon de l’écotaxe va coûter une fortune aux contribuables, dénonce la Cour des comptes. Un fiasco dont la ministre de l’Environnement est la première responsable

 

La Cour des Comptes consacre un chapitre de son rapport annuel à « l’échec stratégique » et « l’abandon coûteux » de la taxe poids lourd. La ministre de l’Environnement n’en démord pas : « Le gouvernement a fait au mieux » en renonçant ce « système pervers », a réagi Ségolène Royal, se vantant d’avoir « supprimé un système très coûteux pour le remplacer par un prélèvement tout simple sur la consommation de carburant ». Tout simple, et payé par tous les automobilistes.

«  Servir l’Etat, dans l’état où il est…  », voilà le constat désabusé fait dans un grand soupir par Philippe Séguin, en novembre 2009, peu avant sa mort. Didier Migaud, son successeur au poste de premier président de la Cour des comptes, ne doit pas être loin d’éprouver le même sentiment, tant la lecture du rapport de la juridiction financière sur l’écotaxe est édifiante. «  Un échec stratégique, un abandon coûteux  »  : voilà comment les magistrats de la Rue Cambon intitulent leur chapitre. «  Qu’en termes élégants ces choses-là sont dites  !  » En fait, il s’agit d’un désastre, d’un incroyable gâchis de fonds publics qui mériterait de figurer dans un Petit manuel du mauvais ministre. «  Les Français règlent l’addition de S.Royal  : 1Md pour la fin de l’écotaxe. La lâcheté et le renoncement ont un prix  », a ainsi tweeté Nathalie Kosciusko-Morizet. De fait, la responsabilité de Ségolène Royal dans ce fiasco est évidente. Même si la Cour des Comptes ne le dit pas comme ça, son analyse le montre. Certes, elle n’est pas à l’origine de la «  suspension  » de cette taxe, annoncée le 29 octobre 2013 par le Premier ministre de l’époque, Jean-Marc Ayrault.

 

 

Nicolas Beytout d'ajouter:

C’est un scandale de l’ampleur de celui de l’écotaxe, avec ses centaines de millions d’euros partis en fumée et ses fautes en cascade, et qui a toutes les chances de rester impuni. La Cour des comptes a pourtant établi des faits d’une légèreté alarmante et des actes d’une inconséquence affligeante. Elle connaît tous les maillons de la chaîne de décision administrative qui a abouti à un renoncement politique, synonyme de grand gaspillage budgétaire. Et cela en toute impunité. Ségolène Royal, ministre de l’Environnement et première responsable de ce gâchis, ne semble même pas effleurée par l’idée que sa négligence ait pu être coupable.

On objectera que ce n’est pas le rôle de la Cour des comptes et qu’en l’état, la loi ne permet pas de punir ces dérives. Ce ne serait donc pas illégal. Mais, comme on dit dans d’autres affaires, est-ce bien moral ?

 

Ecotaxe: un Royal scandale

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article

commentaires