Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 18:52
Si l’ex-candidate socialiste à la présidentielle de 2007 ne s’est engagée derrière aucun prétendant à la primaire de La Belle Alliance populaire, en coulisses, son soutien au leader d’En Marche ! se dessine chaque jour davantage.
 
C’est un rapprochement qui n’a rien d’officiel mais ne fait plus de doute : Ségolène Royal, numéro 3 du gouvernement, soutient Emmanuel Macron, leader d’En marche !, qui a décidé de ne pas participer à la primaire de La Belle Alliance populaire – rassemblant les socialistes et leurs alliés. Ainsi, début décembre, révèle RTL, Ségolène Royal a reçu Emmanuel Macron à son ministère. Une rencontre discrète au cours de laquelle ils ont juste effectué, selon le staff de Macron, un « tour d’horizon de l’actualité politique ». En réalité, l’ancienne candidate à la présidentielle lui a prodigué conseils et encouragements. Contactée par VSD, Ségolène Royal n’a pas souhaité commenter cette rencontre. Reste qu’une fois encore la ministre de l’Écologie brise un tabou – et piétine au passage les règles édictées à Solférino, selon lesquelles les socialistes s’engagent à soutenir le vainqueur de la primaire sous peine de sanction. Des menaces qui laissent Ségolène Royal de marbre. « Vous imaginez Cambadélis expliquer que la candidate du PS en 2007 est virée du parti ? » s’amuse un éléphant. Or c’est exactement ce qui rend le ralliement de Ségolène Royal précieux aux yeux d’Emmanuel Macron et de son équipe. « Si elle y va officiellement, ça lèvera les inhibitions des élus qui hésitent à le faire», mise un député proche du leader d’En Marche !, bien conscient toutefois qu’elle « ne dira rien avant la primaire ».
Crédit photo : AFP

Crédit photo : AFP

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article

commentaires