Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 16:41

Battu par Stéphane Saint-André dans la 9  circonscription en 2012, André Flajolet, maire de Saint-Venant, laisse planer le doute quant à une nouvelle candidature. Il se décidera à l’issue de la primaire organisée dans sa famille politique.  

               

             D’ici deux mois, André Flajolet aura mieux ciblé son combat politique futur.

 
Depuis quelque temps, déjà, André Flajolet entretient le mystère. Une candidature aux législatives de 2017 ? Il ne l’avait pas exclue.

 

"Moralement, je ne peux pas adhérer au dernier discours de Nicolas Sarkozy ".
ANDRÉ FLAJOLET

 

Et de son bureau à la mairie de Saint-Venant, l’affaire n’est toujours pas pliée malgré la « préinvestiture » accordée par sa famille politique, Les Républicains, à Pierre-Emmanuel Gibson, premier adjoint béthunois, déjà en campagne.
Député de 2002 à 2012, André Flajolet a la dent presque plus dure à l’égard de son camp que de son successeur : « La circonscription est orpheline de représentativité au niveau national depuis le début. Stéphane Saint-André est un type charmant mais les grands enjeux de la circonscription, l’existence politique de notre circonscription ne sont pas assurés à Paris. » Pour André Flajolet, « l’électron libre » SSA ne lui assurerait pas de visibilité.
Et côté Les Républicains ? André Flajolet parle de « divisions internes qui sont une querelle de conception du pouvoir et de la représentativité du territoire. Pas une querelle d’âge ». Les deux acteurs principaux : lui et Pierre-Emmanuel Gibson.
« Je suis gaulliste social, partisan d’une société apaisée et chrétien engagé. Il y a une incompatibilité structurelle par rapport à certains discours portés par certains des miens. » Allusion à peine voilée aux positions prises par un des candidats de la primaire à droite : « Moralement, je ne peux pas adhérer au dernier discours de Nicolas Sarkozy. »

 

FILLONISTE… ET ISOLÉ ?
André Flajolet, lui, a choisi de soutenir François Fillon à cette fameuse primaire, décisive pour le Saint-Venantais. « Je suis potentiellement candidat. Je ferai un pas supplémentaire lorsqu’on connaîtra le vainqueur de la primaire. » Il évoque trois options : « une retraite bien méritée », les élections sénatoriales ou « les législatives en partage avec l’UDI ».
Pour l’instant, André Flajolet n’accorde pas de crédit aux investitures accordées par Les Républicains : « Pratiquement tous ceux qui sont désignés le sont sous la main de Sarkozy. »
D’où l’attente du résultat de la primaire : « Si M. Sarkozy n’est plus dans la course au deuxième tour, qui que ce soit a un droit de regard sur les candidats prédésignés. » Donc l’échéance, pour André Flajolet, se situe fin novembre.
D’ici là, les dents de Pierre-Emmanuel Gibson risquent de grincer. Le Béthunois a reçu les soutiens de Daniel Fasquelle, Laurent Wauquiez et Éric Woerth. Tous fidèles lieutenants de Nicolas Sarkozy.
 
( La Voix du Nord du 10.10.2016 )

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos béthunoises
commenter cet article

commentaires