Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 14:43

Quel est le point commun entre Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen et Benoît Hamon ? L'espérance, pardi ! Une incantation qui tourne à vide ?

Emmanuel Macron "prend donc la mer", et place son projet sous les auspices de «l'incarnation» et de « l'espérance », n'hésitant plus – depuis son discours d'Orléans – à céder à quelques poses messianiques. L'espérance, la veille, à Colomiers, Manuel Valls en fait aussi l'une des références de sa plaidoirie républicaine. Un mot que notre très laïque Premier ministre affectionne particulièrement – dans son discours de politique générale d'avril 2014, il résumait déjà la situation du pays de cette formule : « Trop de souffrance, pas assez d'espérance. »

 Mais le chef du gouvernement n'est pas le seul, loin s'en faut, à succomber à cette tentation sémantique. Espérance, tous les présidentiables n'ont que ce mot à la bouche...Nicolas Sarkozy, qui bat la campagne en creusant son sillon (pardon Marc Sangnier !) spirituel, a fait de ce terme une antienne. « Battons-nous pour que la France soit une terre d'espérance ! » s'exclamait celui qui n'était pas encore officiellement candidat à la primaire de la droite à Saint-André-lez-Lille, le 8 juin 2016. « Le besoin de transcendance, le besoin d'espérance est inscrit dans l'identité humaine », répétait-il dans son interview du 4 août au Point. « Je veux que la politique cesse d'incarner l'impuissance, cesse d'être synonyme de renoncement. Je veux qu'elle redevienne une espérance », écrivait Nicolas Sarkozy, dans son best-seller du début d'année, La France pour la vie. Message reçu 5 sur 5 par ses fidèles. « Pour que l'avenir soit une espérance », tel était le titre d'une tribune récente de soutien à l'ancien président signée Christian Estrosi et 80 élus de sa région Paca.

 L'exemple vient d'en haut, si l'on peut dire, puisque le président François Hollande avait souhaité aux Français pour cette année des vœux de « vaillance et d'espérance » – en 2012, il s'était déjà présenté en « candidat de l'espérance lucide ».

Humilité et hauteur de vues
 
Quand « noir c'est noir, et qu'il n'y a plus d'espoir », rassurez-vous : il reste l'espérance ! « L'espérance est un risque à courir, c'est même le risque des risques », avait lancé le grand écrivain catholique Georges Bernanos en 1945 dans une conférence, en présentant celle-ci comme une « vertu héroïque », « la plus grande et la plus difficile victoire qu'un homme puisse remporter sur son âme ». Une citation utilisée (approximativement) par Emmanuel Macron dans son interview post-démission du 20 heures de TF1, (complètement) par Marion Maréchal-Le Pen dans son matériel de campagne pour les régionales et (en partie, mais souvent) par Marine Le Pen.
Nathalie Kosciusko-Morizet, à droite, et Benoît Hamon, à gauche, n'en n'ont pas encore appelé – du moins publiquement – aux mânes de l'auteur des Grands Cimetières sous la lune – et de la Lettre aux Anglais, bréviaire de résistance spirituelle publié en 1942. Mais eux aussi brandissent l'espérance comme un talisman. La première a tenté d'en faire un slogan de campagne, le second promet dans sa « Lettre aux Français » distribuée fin août à 300 000 exemplaires « de faire renaître l'espérance ».
Reste à savoir si ce grand mot, à forte portée, convient, de nos jours, aux exaltations électorales… En avril, François Fillon raillait ainsi ses adversaires à la primaire des Républicains qui cherchent à « redonner de l'espérance avec des tisanes ». En peine dans les sondages et à la traîne d'une société qui évolue sans eux, les politiques placeraient-ils leurs espoirs dans cette vertu théologale qui offre une perspective de long, très long terme ? Sous la fine plume de Charles Péguy, l'Espérance est « une petite fille de rien du tout » qui « voit ce qui n'est pas encore et qui sera, aime ce qui n'est pas encore et qui sera, dans le futur du temps et de l'éternité ».

 Un grand mot qui exige humilité et hauteur de vue, donc. Si nos candidats aspirés par des songes célestes retombent mal sur leurs séants, tout espoir ne leur est pas banni. Ils pourront se rasséréner avec cette autre citation de Bernanos : « La plus haute forme d'espérance, c'est le désespoir surmonté. »

 

Publié le  Le Point.fr

 

Addendums du modérateur du blog:

“Il y a en chacun de nous des calculs que nous nommons   espérance.” (Platon)  

Plus l'espérance est grande, plus la déception est violente".(Franz-Olivier Giesbert)

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans réflexions politiques
commenter cet article

commentaires