Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 20:12

Comme tous les mois, nous remontons le temps. Le 24 juin 1916, les élus béthunois prennent des risques : en douce, ils louent la mémoire de Lord Kitchener qui vient de mourir. En douce, car ils demandent à la presse de ne pas en parler ! Il y a prescription, voyons ce qui se dit de l’homme qui a donné son nom à un boulevard.

Ce soir du samedi 24 juin 1916, l’heure n’est pas à la fête au conseil municipal. Autour du maire Pierre Rinquin, l’heure est grave, l’émotion palpable : au début du mois, les élus ont appris le décès en mer de Lord Kitchener, une figure de l’armée britannique. Et si les Allemands ne goûtent guère qu’on chante les louanges d’un Allié, les Béthunois prennent le risque. Discrètement malgré tout : dans le registre d’époque, il est écrit que «  par une mesure de prudence, qui ne vous échappera certainement pas, je demanderai à la presse de ne pas en faire mention  ».

Il y a prescription. Le maire, «  en raison du séjour de cette armée dans notre ville, il était de simple convenance du maire d’adresser un témoignage de gratitude envers ceux qui nous défendent depuis 21 mois  ». Dans son courrier daté du 8 juin, il écrit par exemple au général Landon commandant la 33e division d’infanterie britannique : «  Au nom des habitants de la ville, du conseil municipal et en mon nom personnel, je vous apporte l’expression de nos sentiments attristés.  »

 

« Une marque tangible à notre peine »

La réponse du général est arrivée le jour d’après. Un style au charme désué : «  Je reçois votre honorée d’hier. (...) Il ne faut pas que le coup porté par l’ennemi nous abatte, comme il le désirait ; et, nous inspirant du bel exemple de Lord Kitchener, nous devons tout mettre en œuvre pour atteindre le succès final.  »

Pierre Rinquin veut en faire plus, donner «  une marque tangible  » à la peine de Béthune. « J’avais soumis le 22 courant à la commission du conseil, une idée, donner le nom d’une voie urbaine à Lord Kitchener. À l’unanimité, votre commission a été de cet avis. Il restait à faire choix d’une rue, d’une place ou d’un boulevard qui porterait le nom de l’homme célèbre qui fait honneur à son pays.  »

Ce sera un boulevard : «  Le boulevard Victor-Hugo étant l’une de nos artères les plus belles, et la plus longue, coupée en son milieu par la place de la République, l’on pourrait conserver à ce boulevard son nom depuis la naissance du collège de jeunes filles à la place de la République. Notre établissement universitaire et notre théâtre municipal ne seraient pas dépossédés du nom de notre illustre poète. L’autre partie dudit boulevard, de la place de la République à la place Lamartine, verrait son nom changé en celui de Lord Kitchener. Si Victor-Hugo vivait de nos jours, bien certainement il se rangerait à l’avis du conseil municipal. (...) Lui-même a passé une partie de son exil dans les îles anglo-normandes.  »

Adopté ! Et c’est ainsi que Lord Kitchener est entré pour de bon dans l’histoire béthunoise.

 

PUBLIÉ LE Nord Eclair

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans Histoire béthunoise
commenter cet article

commentaires