Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 08:46

Sur Europe1:

Stéphane Le Foll : "On a redressé la France".

Quant au président :«Ça va mieux»...                                                              ou le monde parallèle de François Hollande.

Dand le Figaro Vox, tribune de Bertrand Chokrane, diplômé de l'Ecole normale supérieure et titulaire d'un post-doctorat au MIT; il a été responsable du planning stratégique chez Renault-Nissan puis chez Dassault-Systèmes. Il est actuellement PDG d'une société d'analyse financière spécialisée dans le domaine de l'audit, du conseil et de la prévision de marché.

 

C'est un score sans appel, selon un sondage BVA (1), près de 81% des Français trouvent le bilan économique de François Hollande négatif. Quant au leitmotiv «ça va mieux» cher au Président, 84% expriment leur désaccord. Et plus de 65% ne croient pas en une amélioration possible d'ici à la fin du mandat présidentiel.

Non, la France ne va pas mieux, et songer à une reprise économique relève du pur fantasme. Les récentes annonces qui ont fait la une des journaux ne reflètent en rien une quelconque amélioration. Par exemple, la baisse prétendue du chômage a pour origine des radiations et des transferts d'une catégorie à une autre. Ce que l'on nous présente comme étant une reprise de la consommation n'est qu'un rebond des ventes dans certains secteurs comme celui de l'automobile, en volume mais pas en valeur, ce qui signifie qu'il n'y a pas de véritable reprise durable. Quant au contrat de vente signé pour la DCNS, c'est une bonne nouvelle, certes, mais la totalité n'est pas destinée à la France et le montant à recevoir est étalé sur de nombreuses années.

Comme des affamés n'ayant rien d'autre à se mettre sous la dent, le public s'empare de ces informations et leur accorde une importance disproportionnée. Sans doute éprouvons-nous tous un besoin irrépressible de bonnes nouvelles et avons-nous envie d'y croire. Mais la réalité est malheureusement plus sombre...

En France, près de 10 millions de personnes sont des travailleurs pauvres ou des chômeurs, sur une population active de 27 millions. Devrions-nous inviter le personnel politique de ce pays à déambuler à pied sur les trottoirs de cette belle capitale et lorsqu'ils auront observé le nombre de personnes qui fouillent dans les poubelles pour manger, et qui ne sont pas des clochards, peut-être qu'enfin une once de lucidité leur viendra à l'esprit. Sans les Restos du Cœur, ATD Quart Monde et Médecins du Monde qui interviennent sur le sol français, que deviendraient ces gens?

Alors que cette réalité dérangeante est occultée par nos dirigeants, qui font comme si elle n'existait pas, les Français l'observent avec consternation, même s'ils ne sont pas tous directement touchés. La précarité, l'absence de perspectives et l'incertitude du lendemain constituent l'essentiel de la réalité quotidienne vécue par les Français. Et la situation ne pourra pas s'améliorer puisque dans le reste du monde, au Japon, au Royaume-Uni, en Norvège, aux Etats-Unis, en Italie, les indicateurs sont au rouge. Comment la France pourrait-elle aller mieux dans un contexte aussi mauvais? Quand l'économie mondiale avançait à bon rythme, la France a été incapable de prendre le train en marche. Lorsqu'elle ralentit, comment notre économie pourrait-t-elle se mettre en mouvement? Aujourd'hui, le projet d'intégration politique de l'Europe est en panne, car la faiblesse de l'Hexagone donne aux Allemands l'envie de quitter un navire en train de sombrer.

Le constat que les Français font sur la situation dépasse de loin les clivages idéologiques traditionnels, ce qui prouve que la situation économique est grave. D'un bout à l'autre du spectre politique, les classes sociales qui sont censées être opposées selon la doxa marxiste (les exploiteurs contre les exploités) se rejoignent: les indépendants et les chefs d'entreprise d'une part, les employés et les ouvriers d'autre part. 48% des indépendants, chefs d'entreprise, employés et ouvriers trouvent que la situation se détériore (contre 36% chez tous les Français). 87% des indépendants et des chefs d'entreprise, 71% des employés et 74% des ouvriers trouvent que la situation ne va pas s'améliorer d'ici la fin du mandat présidentiel (par rapport à une moyenne nationale de 65%). Alors que près de 81% des Français trouvent le bilan économique de François Hollande négatif, les indépendants et chefs d'entreprise sont 95%, les ouvriers sont 98% à partager cette opinion! Dire à ces catégories en souffrance que la France va mieux revient à jeter des jerricanes d'essence dans une pinède du sud de la France en feu.

Ces catégories de la population sont aux premières loges de la dégradation en cours. Ils prennent de plein fouet une crise économique ultraviolente qui ne s'arrête pas aux frontières de l'Hexagone. Et ces stratagèmes de communicants ne réussiront pas à les convaincre du contraire. La méthode Coué ne fonctionne pas. On voudrait injecter de la confiance dans les esprits dans le but d'inciter les Français à consommer davantage. Cela reviendrait à mettre en œuvre une prophétie auto-réalisatrice positive qui fait que la simple croyance en la reprise engendre celle-ci. Mais pour que ce mécanisme fonctionne, il faut que la croyance soit solide.

Or, ce décalage édifiant entre les discours ambiants et une réalité criante, loin d'instaurer la confiance nécessaire, ne crée dans les esprits que le doute et la défiance. Interrogés sur les statistiques relatives au chômage, près de 65% des Français trouvent qu'elles reflètent mal ce qu'il se passe réellement en France. Quand un personnel politique est complètement discrédité, c'est une prophétie auto-réalisatrice négative qui se met en place et accélère la dégradation en cours.

Le problème de la France n'est pas tant l'endettement, ce n'est pas non plus la croissance qui est trop faible, c'est l'absence d'idées et de vision politique. Cette gouvernance hors-sol et hors-monde qui prend les électeurs pour des imbéciles, avec ses tactiques clientélistes et électoralistes n'a aucune idée de ce qu'il se passe dans le pays, et on voit mal lequel, parmi ces candidats pléthoriques, pourrait proposer le début d'un commencement de programme.

Aucun n'a une vision cohérente et globale de l'économie française. Plus de 50% des Français pensent que si les Républicains étaient au pouvoir, la situation ne serait ni pire, ni meilleure, ce qui est bien le signe d'une absence totale de projet. Et 55% des Français pensent que la situation serait pire si le FN était au pouvoir, mais près de 18% imaginent qu'elle serait meilleure, ce qui témoigne d'un vote d'adhésion et pas seulement d'un vote de colère. Il est clair que personne, ni à droite, ni à gauche, ne se soucie des démunis, des exclus ou de ceux qui sont en passe de le devenir.

Les chiffres de ce sondage sont le signe d'un grand malaise social et d'une dérive inquiétante vers les idées populistes, dangereuses pour notre démocratie. Et que dire des manifestations actuelles? Est-ce dans une France qui va mieux que de tels débordements sont possibles? L'absence totale de vision pour l'avenir, de direction qui puisse redonner de l'espoir à la population est dramatique. Alors que les populismes et la radicalisation comblent un vide politique vertigineux, au Royaume-Uni, un jeune député musulman, Sadiq Khan, a toutes les chances d'être élu maire de Londres, qui est désormais la plus grande ville du monde occidental. N'est-ce pas là un contraste saisissant?


(1) Enquête réalisée les 28 et 29 avril 2016 auprès d'un échantillon de 1116 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article

commentaires