Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 15:28

Selon Les Echos, une majorité croissante de Français juge que les maires pourraient faire face à la baisses des dotations de l’Etat, selon un sondage Odoxa pour « Les Echos ». Les effets des fusions de collectivités suscitent des réactions partagées.

 
Une semaine avant leur congrès annuel, les maires n'ont visiblement pas l'opinion avec eux. Un sondage Odoxa pour « Les Echos », Radio classique et FTI consulting montre qu'une nette majorité de Français (55% contre 44%) estime que les communes « pourraient très bien faire face » aux baisses de dotations de l'Etat sans augmenter leurs tarifs et leurs impôts.
 
Voilà un gros pavé dans la mare pour les élus locaux qui vont lors de leur congrès une nouvelle fois dénoncer la baisse des dotations. L'Association des maires de France (AMF) espère toujours que François Hollande qui clôturera le salon le jeudi 2 juin, annoncera des gestes financiers en leur faveur pour les aider à faire face à la baisse des dotations .
 
« La bataille de la communication » sans doute perdue 
 
Déjà en septembre dernier, en amont du congrès (qui devait se dérouler en novembre avant d'être repoussé de 6 mois à cause des attentats) l'AMF avait cherché à mobiliser les Français. Une campagne de communication les prévenait du risque de dégradation du service public local entraîné par la baisse des versements de l'Etat. Pour faire bloc, l'Association a lancé en parallèle une pétition en ligne qui n'a pas dépassé 50.000 signataires.

 

Le BUS CITY béthunois: dépense inutile? 

Partager cet article

Repost 0
Published by l'indigné - dans INFOS DIVERSES
commenter cet article

commentaires

Xavier Bruckert 21/05/2016 18:15

Je suis un de ces français pas du tout convaincu par la justification de bien des dépenses communales dont beaucoup sont motivées par 1) la nécessité de ne pas perdre par rapport à la dotation de l'an dernier 2) le besoin de s’agiter pour démontrer qu'on est utile 3) la nécessité de se conserver une clientèle électorale en distribuant un argent qui devrait servir au bien public et pas à consolider un système de caste et de copinage.