Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

16 avril 2016 6 16 /04 /avril /2016 15:00

Comme le montre notre enquête Odoxa-Dentsu Consulting, les Français veulent du changement pour 2017. Le ministre de l'Economie pourrait troubler le jeu.

Charles De Saint Sauveur et É.H. | 

Emmanuel Macron, Ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, à la sortie du conseil des ministres, le 19 août 2015. (LP/Philippe de Poulpiquet.)

 

Emmanuel Macron, c'est une chance au grattage, l'autre au tirage. François Hollande empêché, le ministre de l'Economie peut légitimement se lancer dans la course à la présidentielle ; Hollande candidat, Macron tiendra de toute façon un rôle clé dans la campagne.

« Il joue gagnant à tous les coups », constate un conseiller de l'Elysée où l'incontrôlable banquier de Rothschild commence pourtant à agacer.

Il faut dire que Macron marche sur l'eau. Dans notre enquête Odoxa-Dentsu Consulting, il est le champion incontesté des Français pour représenter la gauche en 2017. Il devance, et de loin (34 % soit 10 points de plus qu'en février), tous ses potentiels rivaux. Le ministre a davantage les faveurs de la droite, car chez les sympathisants de gauche, il n'arrive qu'en cinquième position, à 8 points de Martine Aubry !

Macron a beau être jeune (38 ans) et n'avoir jamais été candidat à une élection, les Français (à 52 %) voient en lui un « bon président de la République ». Et son mouvement En marche !, à peine né, « séduit déjà des millions de Français avec une cote d'adhésion de 28 % », souligne l'institut Odoxa. Certes, l'homme est jugé « trop proche de la finance » (64 %), « technocrate » (63 %), « pas proche des gens » (65 %) : bref, tout ce que les Français reprochent aux élites. Mais visiblement, ils lui pardonnent : il est surtout vu comme « dynamique » (74 %), « compétent » (66 %) et même... « sympathique » (58 %).


Une « bulle spéculative » ?

Macron peut donc tout se permettre, quitte à flirter avec la ligne rouge. En moins de dix jours, il a lancé sa start-up politique, demandé un bilan « maintenant et en conscience » du quinquennat. Et s'est affiché à la une de « Paris Match » avec sa femme le jour même où le chef de l'Etat intervenait à la télévision. D'où une certaine irritation à l'Elysée. « Macron a le melon », tacle un conseiller.

En apprenant qu'il allait à Londres chercher des dons pour son mouvement, certains proches du président sont tombés des nues. « Impossible de faire ça quand tu es de gauche, s'exclame l'un d'eux. Il faut passer par un banquet républicain où ça sent la frite et la merguez ! » « Vu le chômage massif, il devrait se consacrer un peu plus à sa tâche de ministre de l'Economie et moins à sa communication de carton-pâte », tacle le frondeur du PS Christian Paul qui évoque à son sujet une sorte de « bulle spéculative ».

Macron est malgré tout assis sur un tas d'or : sa popularité et une demande de renouvellement démocratique. S'il y a bien eu recadrage présidentiel jeudi soir, Hollande, qui serait « impressionné par l'intelligence de Macron », selon un conseiller, lui passe beaucoup. Pour l'instant.


 

 

Christian PAUL, le fondeur...de pâtes...???

Partager cet article

Repost 0
Published by Jo Bart - dans infos et humour
commenter cet article

commentaires