Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 16:17

François Hollande aurait mieux fait, plutôt que de promettre d'inverser la courbe du chômage, de s'engager à inverser celle des déficits.

 

Quel manque de flair politique et économique ! Quelle erreur de communication, aussi ! Si François Hollande avait eu la bonne idée d'indexer sa candidature sur l'inversion de la courbe des déficits et non sur celle de la courbe du chômage, les commentateurs – et avec eux, une bonne partie de la gauche – ne s'interrogeraient pas matin, midi et soir sur la capacité du chef de l'État à être candidat à sa propre succession.

En attendant Godot

Alors que les prélèvements obligatoires commencent (enfin !) à baisser (un peu !), la France est néanmoins parvenue à ramener son déficit à 3,5 % du PIB pour 2015. Mieux que les 3,8 % promis (et que les 4 % de 2014). Certes, la dette publique du pays s'établit encore à plus de 2 000 milliards d'euros, mais le déficit de l'État a baissé (70,5 milliards d'euros contre 73,3 inscrits au budget) ; le déficit de la Sécurité sociale s'est lui aussi réduit (10,7 milliards contre 12,8 attendus) ; même les collectivités locales qui pleurent sur leurs dotations en berne ont affiché un excédent de 700 millions d'euros au lieu des 500 millions d'euros de déficit prévus.

Ces résultats – qui réjouiront sans doute Bruxelles et la Cour des Comptes de Didier Migaud, mais laisseront de marbre les Français – s'ajoutent aux prévisions optimistes de l'Insee, qui chiffre la croissance de l'année 2016 à + 1,5 % (contre 1,2 % en 2015), le tout sur fond de reprise de la consommation et des investissements. « Quand le bâtiment va, tout va », dit-on ? Même dans ce secteur, la reprise semble se confirmer : hausse de 5,5 % des mises en chantier de logements neufs sur un an ; rebond de 18 % des permis de construire accordés à des logements neufs…

Seulement voilà, François Hollande, lui, a promis d'inverser la courbe du chômage et cette inversion ne vient toujours pas. Peut-être en juin prochain, prédit l'Insee. En attendant Godot, les commentateurs passent plus de temps à décortiquer les chiffres mensuels de l'emploi que ceux de l'Insee. Rappelons d'ailleurs, au passage, que la France est sans doute le seul pays au monde à disserter avec autant d'assiduité, mois par mois, sur le nombre de chômeurs. Mais la faute à qui ? Certainement pas aux commentateurs, mais à celui qui leur a désigné cette courbe comme le seul et unique thermomètre de la santé du pays – et de sa santé politique personnelle.

Retard à l'allumage

Les chiffres de Pôle emploi en janvier étaient bons : 27 900 chômeurs de moins ;ceux de février sont mauvais : 38 400 demandeurs d'emploi supplémentaires en catégorie A (ceux qui n'ont pas travaillé du tout). Le mois dernier, l'on se demandait si la courbe s'inversait enfin ; aujourd'hui, on assure qu'il n'en est rien : c'est dire l'utilité intellectuelle de cette dissertation mensuelle ! D'autant qu'il convient de relativiser ces données et de souligner qu'en février, sans doute par un système de vases communicants, le nombre des chômeurs inscrits en catégories B et C (ceux qui n'ont travaillé que quelques heures dans le mois) a, lui, baissé d'environ 35 000.

En réalité, la véritable explication de ce retard à l'allumage, par rapport à d'autres pays européens qui ont commencé à réduire leur taux de chômage depuis plusieurs mois déjà, est avant tout démographique. En quinze ans, la France est passée de 60 à 66 millions d'habitants. Avec une croissance aussi faible, elle est incapable d'offrir un emploi à tous ceux qui arrivent chaque année sur le marché du travail. C'est même l'un des plus grands paradoxes de ce pays, puisque la vitalité démographique de la France reste, sans nul doute, son principal atout. Double paradoxe même, car les Français continuent à faire des enfants tout en se disant inquiets sur leur avenir. Mais la faute à qui ?

 

Bof! Grâce à la réforme de l' ortografe...

Moralité: faire des prévisions hasardeuses et prendre des engagements tout aussi hasardeux, c'est vendre la peau de l'ours...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article

commentaires