Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 17:27

Royal tacle El Khomri ; Valls ne supporte pas Ayrault, qui le lui rend bien. Ce n'est pas un gouvernement de combat, mais une cour de fin de règne.

( photo Le Point )

Jeudi 18 février, Myriam El Khomri, ministre du Travail, répond aux questions desÉchos sur le projet de loi de réforme du Code du travail. Elle prône le dialogue mais n'exclut pas de recourir à l'article 49.3 pour faire voter son texte. À peine l'encre est-elle sèche que Ségolène Royal entre en scène au micro de France Info : « Si le projet est bien coconstruit notamment avec les parlementaires, il doit être voté. N'anticipons pas un échec du vote des parlementaires. » Traduction : il suffit de bien faire son travail pour éviter de recourir à de telles extrémités. Trop aimable !

La solidarité gouvernementale est au zénith à peine une semaine après le remaniement. Et moins de vingt-quatre heures après le premier conseil des ministres de cette nouvelle équipe, qui s'est vu signifier à cette occasion quelques règles de base : ne pas s'exprimer à tort et à travers ; jouer collectif ; éviter les commentaires déplaisants une fois une décision arbitrée.

Plus que jamais, ces conseils élémentaires ne sont pas inutiles. L'attelage baroque que François Hollande a choisi pour l'accompagner dans cette fin de mandat n'a pas attendu plus d'une journée pour tirer à hue et à dia. Dès le lendemain de sa nomination, la Verte Emmanuelle Cosse redisait son opposition à la déchéance de nationalité contenue dans le projet de réforme constitutionnelle et montait de nouveau au créneau contre la construction de l'aéroport sur le territoire de Notre-Dame-des-Landes. Un peu rapide comme entrée en matière ! Et très plaisant pour Jean-Marc Ayrault, son collègue des Affaires étrangères, militant de la première heure de ce projet.

« The Revenant »

Heureusement que Jean-Michel Baylet, que l'on pourrait surnommer « The Revenant » après vingt-trois ans d'absence du gouvernement, refuse, en tant que ministre de l'Aménagement du territoire, de s'exprimer sur la dépénalisation du cannabis à laquelle il était favorable, cela évite un couac de plus.

Si l'on ajoute la rivalité très sonore entre Manuel Valls et Emmanuel Macron, ridiculement rétrogradé dans l'ordre protocolaire, la haine sourde entre le même Manuel Valls et son prédécesseur Jean-Marc Ayrault, le maintien d'un semblant d'harmonie au sein de l'exécutif ressemble à de la conduite sur glace.

Certes, ces petites haines entre ministres ne sont pas nouvelles. Manuel Valls à l'Intérieur et Christiane Taubira à la Justice en ont fourni l'illustration il y a quelque temps. De même, la franche camaraderie n'était pas toujours de mise au gouvernement, loin s'en faut, du temps de Nicolas Sarkozy. Nathalie Kosciusko-Morizet n'avait pas de mots assez durs contre son ministre de tutelle Jean-Louis Borloo, et réciproquement. Christine Boutin et Fadela Amara ne pouvaient pas se souffrir, pas plus que Roselyne Bachelot et Rama Yade. Il n'y avait pas de trêve non plus entre Brice Hortefeux et Éric Besson.

Mais la nouveauté, avec cette nouvelle équipe, c'est que le vernis craque vite, très vite !

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article

commentaires