Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 17:21

C’était la première fois que la Maison du commerce invitait les non-adhérents à venir échanger sur l’avenir du commerce béthunois. Loyers trop élevés, stationnement, attractivité, concurrence de la Porte Nord..., un constat émerge clairement : il n’y a plus de temps à perdre.

Indépendants et franchisés continuent de s’installer à Béthune, mais les difficultés sont lourdes pour tenir dans la durée.

 

1. Une première

La Maison du commerce, c’est 85 adhérents et peut-être une dizaine de plus après la réunion de jeudi au B Hôtel. Tous étaient bienvenus, l’heure était grave : il fallait débattre de l’avenir du commerce béthunois, « faire avancer le collectif », résume la présidente Géraldine Bulinski.

 

2. Ce qui pêche

Le premier mauvais point qui monte aux lèvres, ce sont... « les PV ! » La présidente a promis de ne pas pester là-dessus jeudi, de toute façon le maire et son adjoint Fabrice Lefrancq, qui échappe au piétinement par talons aiguilles, savent très bien sa façon de pensée. Matraquer dès 8 h 30 et jusqu’à 18 h 30, c’est trop. Après, les commerçants ne sont pas foncièrement contre le payant. Ce qui rejoint l’avis de quelques-uns de nos internautes, prêts à payer pourvu que l’offre soit alléchante.

Philippe Cardon, commerçant et vice-président à la CCI de l’Artois, cite un article sur Cherbourg. « Un commerce sur 7 est fermé. En cause ? Les mêmes erreurs qu’on répète : travaux, zone piétonne contre-productive, places de stationnement supprimées, sens de circulation modifié... Le transfert se fait vers des zones commerciales comme la Porte Nord qui draine de la clientèle de Saint-Omer. À Lens, il est question de supprimer la rue piétonne. » Où le maire se réjouit d’avoir bouté l’ex-tramway/BHNS et ses travaux répulsifs hors du cœur de Béthune. Mis en cause aussi, des loyers trop élevés de la part de privés difficiles à convaincre de faire un effort.

 

3. Les cartes à jouer

« Les guerres n’apportent rien, il faut être constructifs », conjure Géraldine Bulinski. Des pistes sont évoquées, certaines issues de rencontres avec Q Park. Comme de créer des tickets avec coupon publicitaire détachable. Olivier Gacquerre pose la mairie en «coordinateur » entre commerçants, CCI, chambre de métiers... et soupire qu’il manque « un outil de promotion du territoire » et propose des temps forts. Allez, soyons fous, pourquoi pas « faire gagner une voiture tous les deux mois » ? À condition de trouver un budget. Il a promis de garder une oreille attentive, ce qui rassurera la présidente qui a eu du mal à le contacter. La conclusion, c’est « qu’il y a urgence ».

 

4. Charité bien ordonnée...

En aparté, des commerçants font leur mea culpa... ou celui de leurs voisins. Pêle-mêle : les portes closes entre midi et deux. Les premiers dimanches de soldes avec quelques franchisés et indépendants sur le pont. Le mal à motiver ses pairs les jours d’animations. Et ceux « qui se garent devant chez eux » là où d’autres « ont pris l’habitude du parling souterrain pour laisser la place aux clients ». Oui, y’a urgence.

Marie-Françoise Le Berre, présidente des unions commerçantes de l’Artois.

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos béthunoises
commenter cet article

commentaires