Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 15:36

Très ( top ) longtemps, les hommes politiques de gauche justifiaient leurs engagements et leurs actions au nom de la Morale. On serait d'ailleurs tenté de se poser la question: quelle Morale.

De nombreux scandales d'ordre financiers, par exemple, nous ont apporté la démonstration que l'on nous jouait bien souvent du pipeau à gauche (comme bien sûr à droite).

Florine Galéron, dans un article intitulé "De l'art de convaincre ses adversaires en politique", publié dans Sciences Humaines du 6 janvier 2016 nous explique que  "nous n’utilisons pas les bons arguments pour convaincre nos adversaires politiques. C’est en tout cas la conclusion d’une étude menée par des sociologues de l’université de Stanford. Les chercheurs ont réalisé une série de six tests auprès de 1 322 sujets. Ils ont demandé par exemple à 93 électeurs de gauche (libéraux) d’écrire un argumentaire pour convaincre les conservateurs d’accorder une couverture maladie universelle. De leur côté, 84 militants conservateurs devaient convaincre les libéraux d’engager des dépenses militaires supplémentaires. Résultat : les sujets de l’étude cherchent davantage à défendre leurs valeurs qu’à mettre en contradiction celles de leur adversaire. À peine un tiers des libéraux ont rédigé des arguments pour démonter l’opinion des conservateurs et 14 % de ces derniers ont opté pour cette démarche avec les militants de gauche. Or, les individus sont davantage sensibles aux arguments basés sur leurs valeurs (patriotisme et pureté à droite ; liberté et égalité à gauche). Ainsi, les conservateurs sont davantage favorables à la couverture maladie universelle quand on leur dit que les personnes sans couverture aux États-Unis sont « moins propres et attrapent plus de maladies ». De la même manière, les libéraux sont plus enclins à soutenir la hausse des dépenses militaires en arguant qu’une intervention militaire réduit les inégalités et la pauvreté dans le monde.

Le sociologue en conclut que la morale est source de division et qu’il faut mieux privilégier des arguments pragmatiques. Les auteurs de l’étude espèrent faire de ces conclusions un outil en politique pour traiter les sujets sensibles ". 

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans réflexions politiques
commenter cet article

commentaires