Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 15:59

Le chef de l'Etat, qui songe très fort à sa réélection, a concocté un plan diabolique avec Manuel Valls pour torpiller l'opposition.
 

Très discret sur les régionales, François Hollande est plus bavard au téléphone. « Il n'y a plus de droite ! » a-t-il lancé à l'un de ses proches, au soir des élections. Fin politique, pour ne pas dire machiavélique, l'hôte de l'Elysée voit bien qu'il détient une occasion en or de dynamiter le parti de Nicolas Sarkozy, retombé depuis lundi dans les affres des règlements de comptes. 


Ulcérés par la ligne droitière de l'ancien président, et plus encore par sa tentative de caporalisation, certains Républicains sont tentés de faire sécession. Les « sarkolâtres » eux-mêmes ont des états d'âme, comme Christian Estrosi. Jamais, peut-être, la droite n'avait été si près de l'implosion ! Pourquoi Hollande se priverait-il de mettre du sel sur ses plaies ?
 

Nouveau DRH d'une droite qui prend l'eau ?



C'est Manuel Valls qui est à la manœuvre. Le Premier ministre drague ostensiblement les élus de la droite et du centre, François Bayrou compris. Son appel à voter Bertrand et Estrosi n'était pas innocent. « Au premier tour, Hollande et Valls ont vu qu'ils avaient une opportunité historique de tuer la droite, de la casser en deux. Le but, c'est de bordéliser au maximum », décrypte une source dans l'exécutif. Certains murmurent même qu'ils pourraient distribuer quelques hochets à l'opposition.

François Hollande, nouveau DRH d'une droite qui prend l'eau ? Ces jours-ci, les scènes de fraternisation entre les deux camps se multiplient. Ce matin, le chef de l'Etat sera dans le Nord... avec Xavier Bertrand. Le Premier ministre, lui, laisse filtrer qu'il ne serait pas hostile à des ministres venant du camp adverse. Et tope avec Jean-Pierre Raffarin, qui veut lutter à ses côtés contre le chômage.



Le clivage gauche-droite aurait-il volé en éclats, après l'onde de choc du score record du FN au premier tour des régionales ? Ou ne serait-ce pas plutôt une bonne vieille stratégie mitterrandienne pour affaiblir l'ennemi à seize mois de la présidentielle ? S'il joue les rassembleurs, Hollande ne perd pas de vue son objectif : 2017. Tous les sondages le donnent balayé au premier tour. Il a donc tout intérêt à affaiblir -- sans le tuer -- son rival favori. Affronter Marine Le Pen est, à ce stade, sa seule chance de réélection. « Il veut que Sarko arrive à la présidentielle en petite forme », peste un cadre LR. Un responsable du PS, dépité, soupire : « C'est ça, la réponse à la colère des Français ? »

 

(Nathalie Schuck dans le parisien.fr)

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article

commentaires