Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 17:35

Pendant près de trente ans, Marie-Jeanne Parfait a été l’employée de la mairie de Marle, petite commune de 2 200 habitants dans l’Aisne ce département de l’est picard. C’était elle qui, discrète dans un uniforme passe muraille, vidait les poubelles, nettoyait les sols, faisait disparaître la poussière. Chaque jour, à chaque heure, elle était à la disposition du maître des lieux. Elle logeait ici même, à la mairie et devait discrètement emprunter l’escalier d’honneur pour utiliser une salle de bains, son logement de fonction n’en comptant pas.
Chaque jour pendant 30 ans Marie Jeanne s’est appliquée à la discrétion, à d’une certaine manière de pas exister aux yeux du maire, qui ne connaissait probablement pas son nom et sa vie. Le maire, il s’appelait Yves Daudigny. Au fil des années, cet élu socialiste est devenu l’un des hommes politiques les plus puissants et respectés du département, président du conseil général, de la communauté de communes, puis sénateur.
Depuis ses débuts, en 1983, Yves Daudigny n’a jamais perdu un seul scrutin, passant à chaque fois dès le 1er tour. Il est le maître absolu de la vie politique dans l’Aisne. Rien jamais ne peut se faire sans que le Sénateur, Président ne le sache, ne le valide, ou plutôt, aux yeux des gens comme Marie-Jeanne, ne l’accorde… avec plus ou moins de bienveillance, comme ces châtelains d’un autre temps pour qui l’obéissance et la reconnaissance des petites gens étaient la moindre des évidences.

Yves Daudigny, sénateur et président sortant du conseil général

Le dimanche 22 mars 2015, les certitudes d’Yves Daudigny se sont fracassées sur le mur de la colère populaire. Pour la première fois de sa vie, le Président du conseil général sortant a fait la connaissance de sa femme de ménage, Marie-Jeanne Parfait, un nom qu’assurément il n’oubliera plus… celle qui fut pendant 30 ans sa femme de ménage, ou plutôt celle de la mairie. Et le canton de Marle paraît soudain une fable de l’époque, celle de cette France où la colère gronde…
Le Monde raconte qu’à Montigny-sous-Marle, Marie-Jeanne Parfait vit dans deux anciens wagons de chemins de fer aménagés, posés devant un potager. Le linge sèche sur sa corde, Jacques et Elvis ouvrent la porte. Jacques est le mari, Elvis le chien. Marie-Jeanne a 61 ans, elle est entré au FN à l’époque où elle cherchait des moyens pour envoyer son petit-fils à une consultation médicale à Paris, il y a un ou deux ans peut-être. Elle avait pris rendez-vous avec les partis politiques, on la renvoyait de l’un à l’autre, le sénateur, son sénateur, ne l’a même pas reçue… C’est alors qu’une amie lui a glissé comme un tuyau : « Essaie le FN. » Franck Briffaut, le maire FN de Villers-Cotterêts, et sa femme se sont démenés pour débloquer la situation. Alors, elle a pris sa carte, « c’est normal ».
En novembre 2014, le parti est venu lui demander de se présenter pour les départementales. Ça l’a étonnée, mais pas plus que ça. Dans son canton, on la connaît peu, y compris ses 31,75 % d’électeurs. « Les gens en ont ras-le-bol des politiques », dit-elle. Et son mari : « Alors pourquoi pas nous ? » … C’est peut-être cette phrase qui résume ce qui ce se passe dans ce pays : « pourquoi pas nous ? »… C’est peut-être la seule phrase que les hommes politiques ne peuvent pas entendre.

 

Vu sur: hitsgoodtobeback, le 28.03.2015

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans infos politiques
commenter cet article

commentaires