Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 10:57

La Tunisie est un symbole. La formule est épuisée depuis les grands enthousiasmes des «printemps arabes», mais elle reste vraie : ce pays a réinventé la révolution après les décolonisations, il a dégagé un dictateur mais aussi un chemin entre islamistes et démocrates. Ce pays est le seul, dans le monde dit «arabe» qui ne subit pas le diktat «maquereau» d’une armée qui décide de qui sera président ou mendiant, ni la malédiction d’une rente pétrolière maudite et c’est le seul où un président est élu, vraiment. On appelle cela une démocratie et la Tunisie en est le seul exemple encore prometteur dans ce monde «arabe» piégé. L’économie de ce pays dépend de ses efforts, ses «services», son tourisme, son savoir-faire, ses classes moyennes, ses élites et non pas de ses puits et des dons de Dieu. L’échec des « printemps » dans des pays comme la Syrie ou la Libye a fait les gorges chaudes des régimes arabes survivants et la Tunisie est le seul cas qui prouve qu’il y a une vie sur la planète d’Allah et que la démocratie est possible et pas culturellement incompatible avec l’arabité. Tunis est le vrai cœur du monde dit «arabe», n’en déplaise au Caire du panarabisme ou à l’Alger des décolonisations épuisées. C’est donc au cœur que les jihadistes ont frappé hier : un attentat dans un lieu de culture (ces musées que Daech détruit à coups de marteaux), tuant des touristes (sources de l’économie tunisienne), à coté d’un parlement (lieu de la démocratie fragile) où devaient être votées des lois antiterroristes efficaces. C’est un attentat de «sniper». Il vise, on l’aura compris, l’économie, la démocratie et toute une nation. Cela fait cliché de le répéter mais c’est de cela qu’il s’agit. Aujourd’hui ce pays est soumis au baptême funeste du «grand attentat» et il devra y faire face. Et un jour, il y a quatre ans, ce pays a offert le beau spectacle d’un éveil qui a provoqué des ferveurs dans le monde. Beaucoup ont souhaité, le 14 janvier 2011, être tunisiens. Aujourd’hui, il faut l’être, justement.

Par Kamel Daoud

(dans Libération du 18.03.2015)

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans réflexions diverses
commenter cet article

commentaires