Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 18:41

André Flajolet a entamé au printemps dernier son cinquième mandat de maire de Saint-Venant. La commune de 3 300 habitants subit de plein fouet les restrictions budgétaires. Le maire veut toujours investir, mais les marges de manœuvre du mandat sont réduites. Quels sont ses plans et sa recette ?

Plus que jamais, un maire de 2014 doit être un fin comptable. C’est en livrant une équation qu’André Flajolet entame sa vision du mandat. Hausse des coûts liés à la mise en place de la réforme des rythmes scolaires, contraction des dotations et besoins d’investissements lui font dire que « on a investi dans la limite de nos moyens financiers. »

La construction du lotissement comprenant la gendarmerie, le peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie, et vingt-cinq terrains à bâtir, rue de Guarbecque, est sur les rails, et sera concrétisé durant le mandat : un investissement de 6 M €, qui occupe la commune depuis 2006. « On l’a intégré depuis trois ans. On a économisé 15 % de la somme, détaille M. Flajolet. On est dans un concept de chef d’entreprise, de PME. Il faut investir pour moderniser, accueillir, ce qui ne doit pas se traduire par une fiscalité débridée.» Dans le cas du lotissement de trois hectares, qui sera réalisé en sept ou huit ans, « le budget est équilibré quand les terrains à bâtir auront été valorisés ».

Investir, André Flajolet a envie de le faire encore. Donc il faut économiser ailleurs, en ayant recours à des travaux réalisés par les employés communaux par exemple. Autre stratégie pour récupérer des ressources : « On doit être capables de développer l’emploi non délocalisable à partir des services. » Et le maire de citer la maison de retraite, le centre éducatif fermé, le centre d’équithérapie. En faveur de l’emploi, André Flajolet mise aussi sur la reconversion de friches, avec l’aide de l’Établissement public foncier. Or, il y en a beaucoup à Saint-Venant : « Il faut des idées, que ça corresponde à un marché, et qu’il y ait l’équilibre financier. » Quatre dossiers sont sur la bureau du maire. La rénovation du moulin est pour l’heure « sans solution ». La reconversion de l’hospice est en bonne voie (la chapelle est devenue un centre d’exposition, et le bâtiment central accueille un centre de remise en forme, des annexes seront détruits).

André Flajolet espère aussi reconvertir l’ex-Fabec de 18 000 m2 en un village de petites entreprises, découpé en espaces de 150 à 200 m2. Une partie serait démolie pour accueillir une zone de stationnement de camping-cars. Reste enfin les ex-bâtiments Evrard, qui pourraient devenir un parking.

Ailleurs dans le village, la construction de douze logements étudiants commencera en début d’année. Durant ce mandat, la zone d’expansion de crue du Bois de l’île passera de 180 000 à 350 000 m3 avec des financements État, Région, et communauté de communes. Enfin, le développement du tourisme vert et fluvial fera l’objet d’une réflexion en 2015.

 

ANDRÉ FLAJOLET

Né en 1946. Entre au conseil municipal en 1983. Est élu conseiller général en 1985 (jusqu’en 2001), et maire de Saint-Venant en 1989. Il a été réélu sans discontinuité. André Flajolet est élu conseiller régional en 1992. Il est actuellement élu régional. Élu député en 2002, il a été battu en 2012 par Stéphane Saint-André (PRG). Il a dirigé l’UMP du Pas-de-Calais de 2003 à 2010. Il a été élu en 2014 président du comité de bassin Artois-Picardie de l’Agence de l’eau.

SAINT-VENANT

3 300 habitants Dans la communauté de communes Artois-Lys.

Les taux de fiscalité locale 2014 : taxe d’habitation, 23,06 % ; taxe foncière sur les propriétés bâties, 16,47 % ; taxe foncière sur les propriétés non bâties, 57,52 % ; CFE, 19,19 %.

(La Voix du Nord du 2 décembre 2014)

 

Un maire exemplaire et un très bon gestionnaire. Deux mandats de député au service de la nation et de la population de sa circonscription. J'ai eu l'honneur et la fierté d'être son suppléant pendant 10 ans. Battu de justesse en 2012 par l'ex-maire PRG de Béthune...Ce dernier battu à son tour lors des élections municipales de cette année et relégué dans l'opposition. Finalement, les électeurs béthunois l'ont sanctionné, notamment pour sa gestion des plus erratiques.

JP Deruelle

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans INFOS DIVERSES
commenter cet article

commentaires