Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 16:33

Le débat parlementaire sur la modulation des allocations familiales a du mal à cacher les reniements, les lâchetés et les improvisations du pouvoir.

Certes, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, mais tout de même. François Hollande a affirmé à plusieurs reprises qu'il était hostile à la modulation des allocations familiales. En septembre 2013, le président dit haut et fort son choix de ne pas toucher à ces prestations. Le 8 octobre 2014, en marge du sommet européen sur l'emploi à Milan, il récidive : "La modulation des allocations familiales, assure-t-il, n'est pas une réforme structurelle."

Mais dans les jours qui suivent, la politique politicienne reprend le dessus. Pour complaire aux frondeurs, le président change d'avis.Et les allocations familiales seront divisées par deux, ou par quatre, selon le niveau de revenu. Il n'a guère été récompensé de sa manoeuvre destinée à câliner le groupe socialiste à l'Assemblée nationale : 39 députés PS se sont abstenus, mardi 21 octobre, lors du vote du volet recettes du budget. Un record !

Si François Hollande a tant hésité à revenir sur l'universalité des "allocs", c'est sûrement moins par amour de la famille qu'en souvenir des déboires qu'avait connus son ex-mentor Lionel Jospinsur ce sujet. En 1997, celui-ci est Premier ministre quand il décide de plafonner les allocations familiales. Devant les protestations, il doit faire machine arrière au bout de dix mois. À la place, il rabote le quotient familial.

"Double peine" pour les familles "aisées"

Aujourd'hui, les familles "aisées", pour reprendre le vocable en vigueur, subissent la double peine. Le quotient familial s'appliquant aux revenus déclarés a été raboté deux années de suite, initialement pour maintenir l'universalité des allocations. C'est le président de la République en personne qui a expliqué ce choix en septembre 2013. Or, cette "double peine" - quotient raboté plus allocations divisées - ne touche pas les super-riches, contrairement à ce que veulent faire croire les discours gouvernementaux, mais des ménages qui gagnent, avec deux salaires, 6 000 euros par mois.

Est-il nécessaire de rappeler, par ailleurs, que la redistribution a déjà eu lieu en amont, puisque les cotisations sont proportionnelles au salaire ? Ceux qui cotisent plus ne recevaient donc pas plus. Désormais, ils devront prétendre à moins.

Une usine à gaz de plus

Tout à coup, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, a semblé découvrir un autre problème la veille du débat : les fameux "effets de seuil". Exemple : un foyer fiscal dont les revenus atteignent 6 010 euros par mois se verra priver de la moitié de ses allocations familiales et sera pénalisé financièrement par rapport à celui dont les revenus plafonnent juste en dessous de 6 000 euros. La ministre propose donc un "lissage", avec effet de compensation, pour ces cas limites. Une invention bureaucratique dont les caisses d'allocations familiales se seraient bien passées.

Sophie Coignard dans LePoint.f

 

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans INFOS DIVERSES
commenter cet article

commentaires