Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 14:04

Sur sa page Facebook, Serge Houssard analyse les évènements "brûlants" et récents de Morlaix; il explique pourquoi des agriculteurs pètent les plombs devant ces injustices fiscales qui les accablent...comme tant d'autres contribuables, par ailleurs. Pour autant, doit-on excuser ces gestes de grand désespoir qui consiste à brûler des édifices publics? Je ne le pense pas. Il peut y avoir des actions dures mais sans cette violence désespérée.

Mais attention, que ce gouvernement ne pousse pas le bouchon plus loin car la chienlit pourrait survenir; n'est pas de Gaulle qui veut pour alors le contenir.

Le commentaire ci-après de cette internaute (parmi tant d'autres!) décrit assez bien le ras-le-bol ambiant qui s'installe: 

" ... moi aussi j'en ai mare de voir mon mari bosser 360 jours sur 365 , 10h à 12h par jours pour 800 euros de salaire et parfois même pas ... Quasi toutes les femmes d'agriculteurs ne peuvent plus aider leurs maris car obligées de travailler à l'extérieur ... Je suis pour des actions dures mais sans violence... il a 52 ans et est fils d'agriculteur ,impossible pour lui de faire marche arrière ...il n'a toujours fait que ça et maintenant avec les usines à 1000 vaches qui s'installent en France , beaucoup d'agriculteurs vont devoir se déclarer en faillite..."

Il y a quelques mois, le journal Le Monde titrait: " Un suicide tous les deux jours chez les agriculteurs" reprenant une enquête de l'Institut de veille sanitaire (INVS).

Qu'ils prennent garde à d'autres dérapages, les adeptes apprentis sorciers d'une pression fiscale devenue plus qu'insupportable !

 

Tribune de Serge HOUSSARD:

Sur le vif : jacqueries en Bretagne.

Et bien voilà, nous y sommes. Cette nuit à Morlaix les agriculteurs ont incendié le centre des impôts.
Il y a déjà longtemps que je me posais la question : jusqu’où Bercy peut aller dans le vol, le pillage injuste de ceux qui travaillent ou possèdent au motif éculé de leur rendre un service inexistant, avant que tout pète
?

Le syndicat unifié des impôts va immédiatement monter au charbon et faire valoir son droit de retrait – de retrait sur nos comptes en banque bien sûr – .

J’espère que ces bretons ont des familles solides, pleine d’amour, car le sort de leurs responsables est scellé, chacun sait que : “Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté” (Guy Béart).
“Morfler à Morlaix” sera le titre de la grande vengeance fiscale à venir
.

Ils ont craché sur le symbole, ils vont être crucifiés et au-delà, au moins dans la tête des technocrates de Bercy, de nos bureaucrates anonymes au pouvoir dans ce pays. Il faut que la démocratie soit bien malade, que le système représentatif soit complètement embourbé, que les privilèges indus soient honteusement apparents pour qu’un pays sombre dans la violence au point où y sombre la France, pour que ses enfants reniés partent guerroyer follement, que ses agriculteurs désespérés mettent le feu au symbole de l’oppression : Bercy.

Naguère certains avaient peur de la chienlit, nous y sommes.

La presse va se poser la question imbécile : mais que se passe-t-il à Morlaix ? La réponse est simple, rien de plus qu’ailleurs. Tout un programme à venir.
Si ce pays fonctionnait correctement les responsables de ce gâchis seraient amenés à rendre des comptes.
Je veux dire que les élus auraient à s’expliquer face à leur folie financière, à leur démagogie suicidaire, à leurs pillages journaliers, mais il n’en sera rien.
Car, une armée d’irresponsables – associés à leur insu au pillage à l’aide de deux outils pervers : l’exemption d’impôts, la distribution d’avantages indus - est là pour masquer la réalité, au point que cette dernière est obligée de s’emparer de la violence pour être perç
ue.

Il sera évidemment inutile d’expliquer cela aux flics et aux magistrats qui vont s’emparer, avec délectation, effets d’uniformes et de robes, de cette affaire pour réduire au silence ces cris de désespoir. Ils vont frapper fort, très fort, c’est ça ou la mort du système qui les fait vivre, eux et les leurs.

Lundi sera difficile pour beaucoup, triste pour les rêveurs. C’était trop tôt dira-t-on plus tard aux émeutiers, quand le temps sera venu.

Ceux qui soufrent comme eux sont avec eux, pensent à eux, mais ils connaissent le prix à payer et la solitude qui va être la leur dans les jours, les mois et même les années à venir.

Morfler à Morlaix

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans réflexions politiques
commenter cet article

commentaires