Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 08:18

La querelle sur l'austérité qui agite le parti socialiste a quelque chose de surréaliste, comme si la France n'avait plus ni de mémoire ni d'histoire, mais simplement des histrions pour raconter des sornettes au peuple éberlué. Ce qui est en cause c'est de respecter les règles budgétaires européennes nécessaires à l'existence d'une monnaie commune.
N'importe qui comprend que le marché européen s'il a besoin d'une monnaie commune, doit se doter de règles budgétaires entraînant une convergence de la politique économique des Etats membres.
Le traité de Maastricht, signé le 7 février 1992, c'est-à-dire pas hier, décide de la création de la monnaie unique moyennant le respect des fameuses règles de convergence qui remplit aujourd'hui le débat politique!
Il a été négocié par Mme Guigou qui, sous l'autorité de Roland Dumas, Ministre des affaires étrangères, avait en charge les affaires européennes, François Mitterrand étant président de la République. Lionel Jospin, devenu premier ministre a du respecter les critères financiers conduisant à la monnaie unique .Et pour qu'il n'y ait aucune ambiguïté, le Traité convient d'instituer une monnaie unique "dans le respect de l'économie de marché".
Dès lors la messe est dite : l'économie de marché est la politique naturelle et intangible de l'Union, et c'est signé François Mitterrand.
D'autres traités suivront, à Nice, à Barcelone, à Lisbonne, la chanson ne changera pas ! Le traité de Maastricht ayant été ratifié par le peuple souverain à la demande du Président de la République le libéralisme économique est jusqu'à nouvel ordre le dogme de la politique nationale, par la grâce d'un gouvernement socialiste.
Je le dis d'autant plus tranquillement qu'à l'époque je déclarais à la tribune de l'Assemblée "La responsabilité politique implique qu'il soit tenu compte dans l'établissement du budget de la Nation, certes des impératifs de convergence externe, mais aussi des impératifs internes d'harmonie sociale qui doivent rester les premiers impératifs de l'Etat". Et j'ajoutais dans un commentaire du Traité "La souveraineté des Etats se trouve enserrée dans un carcan risquant de priver les institutions démocratiques nationales d'une grande partie de leur liberté. Il est clair que les politiques budgétaires ne laisseront guère de place à l'imagination."
Nous y sommes Hollande a compris qu'il ne changerait pas les Traités signés par ses brillants prédécesseurs. Il a donc été cherché Macron, Jouyet, Valls et les autres pour les appliquer tant bien que mal en consacrant ce qui reste du socialisme au mariage pour tous ou à la théorie du genre. Ça ne mange pas de pain et ça reste à gauche. Quant aux frondeurs on les renvoie à la lecture des Traités. Ils pourront s'endormir tranquilles.

Xavier Roux

 

  • Enseignant en sociologie, psychologie et philosophie en BTS et en DE d’Economie Sociale Familiale (Travail Social) à Rouen
  • Membre du RT1 (Savoirs, Travail, Professions) de l’Association Française de Sociologie
  • Docteur en Sociologie, Agrégé de Philosophie
  • Anciennement allocataire moniteur en sociologie à l’UVSQ

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans réflexions politiques
commenter cet article

commentaires