Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 08:34

Budgets en déficit permanent depuis plus de 30 ans, car ni la Droite et ses alliés centristes, ni la Gauche et ses différents alliés dont les Verts, n'ont fait les réformes nécessaires. Les politiques français et les Français eux-mêmes ont une addiction à la dépense publique. Quand on voit dans nos communes les dépenses trop souvent injustifiées ou trop lourdes pour les revenus fiscaux, on comprend mieux l'état de nos dettes.

Le clientélisme, l'irresponsabilité, le cumul des mandats, les baronnies locales expliquent pour partie ces dérives.

 

"C’est un troisième reniement auquel le gouvernement français vient de se livrer mercredi dernier, à l’occasion du Conseil des Ministres. C’est en effet la troisième fois que la promesse formelle de revenir à un déficit public de 3% du PIB n’a pas été tenue et que la France demande un nouveau délai de grâce de deux ans. Encore une minute, monsieur le bourreau ! Mais il n’est pas sûr, contrairement au triple reniement de Saint Pierre, que le chant du coq suffise à ramener le gouvernement dans le droit chemin. « C’est la faute » à la faiblesse de la croissance et de l’inflation, nous a expliqué le Ministre des Finances. La réalité est radicalement différente : « c’est la faute » au refus des vraies réformes....

 

Se désintoxiquer de l’Etat 

Mais la remarque ministérielle fait l’impasse sur l’essentiel. La croissance ne tombe pas du ciel. Pourquoi est-elle si faible ? La croissance existe quand les gens ont envie de travailler plus ou d’entreprendre davantage. Et s’il y a bien une certitude, c’est que plus le taux d’imposition est élevé, moins il reste de revenus au contribuable et donc moins celui-ci a envie de travailler plus…pour gagner moins. Si le gouvernement veut vraiment plus de croissance, il doit d’urgence baisser les taux d’imposition et surtout diminuer leur progressivité, qui pénalise ceux qui en font le plus et réussissent. Pour l’instant on rembourser de petites sommes à des contribuables électoralement choisis. Il faudrait baisser les taux pour inciter les gens à produire, entreprendre, travailler, investir, créer, etc.

Ce serait une bonne affaire pour Bercy : les recettes fiscales augmenteraient (effet Laffer).

Bénéficiant de meilleures rentrées, il faudrait aussi réduire les dépenses publiques. Le gouvernement annonce 21 milliards d’économie. Mais nous avons les dépenses publiques les plus élevées (56% du PIB) et dix points de PIB de dépenses publiques de plus que les Allemands. C’est donc de 200 milliards qu’il faudrait réduire les dépenses. Impossible ? Bien sûr, si cela signifie supprimer l’éducation ou la protection sociale. Mais possible si l’on privatise ce qui actuellement relève arbitrairement de l’Etat : c’est ce qui se fait partout. En France, serait-ce impossible au prétexte que les Français n’aimeraient pas les réformes ? Préféreraient-ils la faillite de tous les « services publics » ? On a drogué les Français à l’Etat. Il faut leur apprendre à se désintoxiquer ".

 

DEFICIT BUDGETAIRE : TRIPLE RENIEMENT ! Ecrit par Jean Yves Naudet le 16 septembre 2014      

L'analyse complète sur le lien ci-dessoushttp://libres.org/conjoncture/3356-deficit-budgetaire-triple-reniement-.html

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans réflexions diverses
commenter cet article

commentaires