Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 17:14

On s’attendait à un duel serré. Seul candidat au fauteuil de président du SIVOM Communauté du Béthunois, Olivier Gacquerre a remporté hier soir haut la main (82 voix sur 114 votants) une élection qui s’était jouée en coulisse. Sans effacer le revers d’Artois Comm., cette victoire permet au maire de Béthune d’étendre son apanage au-delà des murs de sa ville à l’intérieur desquels la citadelle rose d’Artois Comm. s’efforce de le circonscrire.

Voilà six ans, il était monté à l’assaut sabre au clair. L’échec l’ayant rendu stratège, le maire de Béthune a cette fois misé sur des tractations dont un bon nombre des cent quatorze délégués n’avaient pas eu vent en gravissant hier soir les marches de la salle Olof-Palme où ils allaient être installés par le président sortant André Delory. La rumeur assurait que lors du conseil d’orientation s’étant tenu huit jours plus tôt, deux prétendants s’étaient fait connaître : Olivier Gacquerre et Thierry Tassez. Or hier soir, quand la doyenne Jacqueline Imbert a invité les candidats à se déclarer, seul le maire de Béthune a fait acte de candidature. Et il a remporté la bataille sans coup férir. «Trois éléments forts et structurants m’ont déterminé », avait-il annoncé dans une déclaration liminaire avant d’énumérer « la volonté de rassembler au-delà des esprits partisans, de développer un outil public de proximité et de poursuivre une politique d’intérêt général

Un axe Béthune-Auchel

C’est en découvrant la liste des vice-présidents proposés par le nouvel élu que les délégués étrangers aux conciliabules s’étant tenus dans la semaine en ont reconstitué le film. En fédérant autour d’un axe Béthune (27 délégués)-Auchel (12 délégués) les déçus d’Artois Comm. (des vice-présidents sortants n’ayant pas retrouvé leur poste) et de nouveaux élus trop jeunes dans la nomenklatura communautaire pour y obtenir des galons, le banni de la communauté d’agglomération est parvenu à se constituer une majorité dont le champion du camp socialiste a pris la mesure.

« Olivier Gacquerre est venu me voir à Verquin. Il m’a dit que Béthune se retirerait du SIVOM s’il n’était pas élu. Je n’ai pas apprécié cette forme de menace. Il ne m’a pas paru souhaitable de jeter d’huile sur le feu et de livrer un combat perdu », révélait Thierry Tassez après l’élection. En s’étonnant « des parcours un peu bizarres » d’élus se retrouvant dans un camp où on ne les attendait pas. « On a aussi parlé de cumul de mandats mais je n’étais pas concerné », ajoutait le maire de Verquin et vice-président de la communauté d’agglomération.

Les treize vice-présidents

Ont été élus vice-présidents, selon l’ordre convenu et que ne remettent pas en cause les différences de scores des uns et des autres : 1. Alain Delannoy, maire de Lapugnoy, 60 voix ; 2. Richard Jarret, maire d’Auchel, 67 voix ; 3. Yvon Massart, maire de Chocques, 72 voix ; 4. Sylvie Meyfroidt, de Vendin-lez-Béthune, 84 voix ; 5. Philippe Scaillierez, adjoint à Labourse, 93 voix ; 6. Bruno Chrétien, maire de Verquigneul, 84 ; 7. Roger Valet, maire de Vaudricourt, 86 ; 8. Jean-Paul Seulin, maire de Fouquières ; 9. Gérard Ogiez, maire de Fouquereuil, 83 ; 10. Bertrand Delory, de Gonnehem, 74 ; 11. Jérôme Golliot, de Drouvin-le-Marais, 81 ; 12. Pierre-Emmanuel Gibson, premier adjoint de Béthune, 72 ; 13. Joelle Chorlay, de Gosnay, 79.

Présentée par Nadine Lefebvre, maire socialiste de Beuvry, Charline Denis a obtenu 53 voix insuffisantes pour décrocher le poste : le même score qu’Édouard Naglik, présenté par Serge Marcelak, le maire de Nœux-les-Mines, et que Gérard Malbranque, le maire d’Essars qui avait mis en avant son expérience d’ancien fonctionnaire du Trésor public et ses trois mandats majoraux. Adjoint de Sailly-Labourse, Alain Joly a recueilli 51 suffrages : l’étiage, à une ou deux voix près, d’un groupe socialiste s’il venait à s’en constituer un d’officiel dans cette intercommunalité de gestion regroupant vingt-trois communes où l’on entend répéter que la politique est mise entre parenthèses.

(Nord-Eclair du 29.04.2014)

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans vie politique béthunoise
commenter cet article

commentaires