Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 18:11

On ne rappellera jamais assez aux juges que la justice est là pour assurer une harmonieuse vie sociale. A partir du moment où la justice met le monde en pièces au lieu de l’amender, remplit elle vraiment son rôle ? L’adage latin que la justice soit, le monde dût-il en périr, ne fonctionne pas (fiat justitia, pereat mundus). Un adage d’une vieille sagesse orientale stipule que Dieu a créé son univers par le biais de son attribut de miséricorde et non par l’intermédiaire de l’attribut de la rigueur implacable du jugement)… Pour quelle raison ? Par ce que ce monde assis sur une implacable justice n’aurait pas tenu une seconde ! A bon entendeur......

Tout ceci pour dire que le quinquennat de N Sarkozy est passé à la moulinette car chaque jour apporte son intarissable lot de (prétendus ?) scandales, d’affaires et d’accusations. La question posée est grave et touche au cœur même des institutions de la république française : existe t il toujours une séparation des pouvoirs ? Sommes nous encore loin de l’instrumentalisation de la justice ? Est ce une chasse à l’homme puisque le pouvoir en place n’a plus, dit-on, le moyen d’enrayer la dégringolade électorale qui le menace ? Franchement, je n’en sais rien. Mais je pense vraiment que l’opinion, et les avocats, sont en train de monter en puissance et d’accuser les autorités de parti pris et de main mise sur l’institution judiciaire.

On pourrait m’opposer que je remets en question l’indépendance de la justice. Non point, je ne le fais pas. Mais il ne faut pas être naïf : on n’ouvre pas un dossier à tel moment ou à tel autre par hasard. Et surtout, on ne fuite tel ou tel détail à tel moment ou à tel autre, par hasard. Cela profitera aux extrêmes qui diront comme aux années trente : tous pourris…

Il est temps de se ressaisir. Le gouvernement actuel traverse un moment difficile et tous doivent souhaiter sa réussite car il y va du redressement de la France. Le maintien au pouvoir n’est pas une fin en soi. Il est vrai que la nature humaine est ce qu’elle est et quand on arrive au sommet, on n’est pas nécessairement un saint. Mais il faut, néanmoins, utiliser des méthodes acceptables.
La France est un pays dont les habitants confondent souvent l’égalité et l’égalitarisme. Un ancien président de la république ne sera jamais, quoi qu’en on en dise, un citoyen comme les autres. Certes, nul n’est au-dessus de la loi mais on sait bien que le statut pénal du chef de l’Etat, même après ses fonctions, ne ressemble à rien d’autre.

Que la justice fasse son travail loin du tintamarre de l’information sensationnelle, loin des plateaux de télévision : tout le monde y gagnerait, l’opposition qui ne serait plus accusée abusivement et le pouvoir, quel qu’il soit, dont les efforts pour reconstruire ensemble, seraient effectivement reconnus.

Mais ma culture et mon humanisme ne m’interdisent pas de poser la question : prenons nous le bon chemin?

Serge HOUSSARD

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nifle Roger 08/03/2014 19:18

Pour les amis de gauche la présomption d'innocence, pour les autres la présomption de culpabilité. Le registre moral utilisé depuis des années tout en récusant la morale traditionnelle au profit d'une morale sur mesure a pourri profondément le politique et ouvert les vannes de toutes les bonne consciences qui se sanctifient par la dénonciation du mal et justifient sans vergogne leurs pratiques corporatistes ou militantes. Le fait que des magistrats puissent se référer à un parti, une idéologie, une tendance politique (Syndicat) est l'institution d'une justice inique, ce que les français ont maintenant compris. Ce qui est juste est ce qui concoure au Sens du bien commun pour chaque communauté; le reste, qui ignore les communautés et donc bien le commun, est malsain.