Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Aimer Béthune
  • Aimer Béthune
  • : Le blog d' "Aimer Béthune" : infos diverses sur la vie béthunoise et tant d'autres choses...
  • Contact

Recherche

27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 10:18

Tarifs, impayés de la ville, négociations...: la directrice générale de Q-Park répond à Isabelle Mastin pour la Voix du Nord

C'est l'un des thèmes majeurs de la campagne des municipales: le stationnement. Un thème «cher» aux Béthunois: chaque année, le manque à gagner de recettes coûte 400000€ au contribuable. Les candidats promettent tous de renégocier le contrat. Est-ce possible? La directrice générale de Q-Park, Michèle Salvadoretti, répond.

1.Q-Park en France

Dans la région Nord, Q-Park est peu implanté: à part Béthune, on le trouve «à Boulogne-sur-Mer, à Valenciennes et à Saint-Quentin». Mais à l'échelle du pays, «Q-Park est le 2e prestataire. Nous gérons 125000places, avec 450 collaborateurs et un chiffre d'affaires de 105millions d'euros l'an dernier.» En tout, Q-Park est présent sur une centaine de villes, «dans plus de 80% des cas via une délégation de service public». Un contrat dans l'esprit de celui signé à Béthune, «régi par la loi Sapin de 1993».

2.Béthune, bonnet d'âne

«Avec la mairie, nous avons de très mauvaises relations depuis 2009. C'est la seule ville où cela se passe aussi mal. Ailleurs, on arrive à discuter, pas ici. Nous avons même demandé un jour au maire s'il voulait résilier le contrat. Mais il faudrait rembourser la valeur non amortie des investissements et un préjudice...» L'histoire entre Q-Park et Béthune a commencé en 2005, sous l'ère Mellick. «Nous avons participé à un concours. Ce qui nous intéressait, c'était de pouvoir gérer l'ensemble du stationnement, souterrain et de voirie. La délégation incluait le parking Clemenceau et la construction d'un second parking souterrain, un ensemble cohérent.» Certes, «Béthune est de taille modeste mais en 2005, on était présent à Lille, Béthune n'était pas loin, ça avait du sens. Et il y avait un projet de halle.»

3.Le contrat

Pour Q-Park, s'implanter à Béthune, c'était investir «presque 10millions d'euros, entre le percement du parking de la Grand-Place, la réhabilitation du parking Clemenceau, le renouvellement du parc des horodateurs.» Le contrat devait tenir compte «du retour sur investissement, des projections recettes/dépenses, la politique tarifaire basée sur une indexation des prix, des hypothèses d'extension du parc.» Il prévoyait 1800places payantes dans le centre. On n'y est pas, en grande partie à cause de la place Foch, toujours gratuite. «On nous met en difficulté si les conditions pour atteindre l'équilibre financier ne sont pas respectées.»

4. La place Foch

L'idéal, c'était que «la place Foch (350 places) soit fermée avec un système de barrières.» Façon que le coût du ticket soit conforme à la durée d'utilisation.

5.Les pare-brise sous surveillance

Faire respecter le contrat, c'est aussi organiser des patrouilles et trouver le juste dosage entre tolérance et verbalisation (il ne s'agit pas de faire fuir le chaland). «Jusqu'ici, le stationnement est contrôlé par la mairie, qui doit jouer le jeu» avec les ASVP et les gardes urbains. Trois semaines de gratuité à Noël sur trois places, le pied levé sur les PV en période électorale, il ne faut pas se leurrer: ça se paie.

6.Coup de canif au contrat

Le hic, c'est que la Ville accumule les entorses au contrat: «La place Foch reste gratuite sans qu'on nous propose d'autres pistes pour étendre le parc, et les tarifs ne sont pas respectés.» Michèle Salvadoretti sait que, en dépit du contrat, «le maire a la liberté d'appliquer ou pas les tarifs. Mais s'il ne veut pas, il doit nous verser une compensation. La règle est écrite, c'est une formule mathématique.» On en est là: depuis 2005, le prix du ticket a peu évolué, et la Ville s'étant engagée sur un minimum perçu, elle doit chaque année régler la différence à Q-Park. En gros 400000€ par an, aux frais du contribuable.

7.Deux ans d'impayés

Michèle Salvadoretti ne décolère pas. Ces 400000€, ça fait deux ans que la Ville de Béthune ne les verse plus. «En juin 2014, nous en serons à 1,2million d'euros de dette!» Un bras-de-fer pour forcer un dialogue... qui du reste n'existe pas? «Ça se fait de manière irrespectueuse, sans aucun débat, c'est très choquant!» Résultat: Q-Park a engagé une action en justice pour récupérer son dû.

8. Peut-on renégocier?

La réponse est oui. Et qu'importe si en avril 2011 la Ville a porté plainte suite au rapport Gaudino - une enquête suit son cours sur l'attribution du marché. «Pour moi, c'est un rapport diffamatoire. Je n'en ai pas de nouvelles depuis 3 ans et je n'ai pas été entendue. Mais une procédure pénale n'empêche pas le dialogue.» Le rouvrir, «c'est notre souhait le plus cher. C'est fondamental. Il faut trouver des axes pour équilibrer la délégation sans nuire à l'attractivité de la ville. Or, la mairie a instauré des poches de gratuité sans nous consulter. Pareil pour la dizaine de places au pied du beffroi, ou la zone bleue. Tout ceci devrait être discuté. On peut aussi ajuster les tarifs pour les abonnés, il y a des pistes.»

 

Béthune bonnet d'âne!

Partager cet article

Repost 0
Published by le modérateur - dans élections municipales 2014
commenter cet article

commentaires